LOSER AU MENU (2)

Faut qu’on vous dise, « Loser au menu » c’est, dans l’ordre de ses qualités intrinsèques ( ouaip, comme le petit blanc qu’on se jette au zinc pour attaquer la matinée) :

Un des meilleurs polars de toute la production française depuis Manchette et Prudon. À la noirceur parfois systématique de ces deux géants, Grecker préfère une certaine légèreté de traitement  (soigneusement  parfumée à l’arsenic d’un humour imparable qui le rapprocherait plutôt de Westlake, voire Lansdale, si on a le droit de traverser l’Atlantique).

Un ovni du merchandising.  Ce polar n’a , à dessein, été défloré par les yeux prétendument avertis du moindre pro de l’édition. À l’heure d’internet et de ses interactions à la fois brouillonnes et génératrices de « liens », pourquoi s’encombrer de parasites ? Heffi Grecker a la chance de ne pas vivre de son écriture. Il a la chance de pouvoir manger à sa faim (pas de viande), dormir dans un bon lit et, éventuellement, se soigner sans avoir à recourir à l’obole, dans le meilleur des cas ridicule, d’une maison de proxénédition traditionnelle.

« Loser au menu » c’est un polar « du producteur au consommateur ».

Sauf que son auteur n’est pas équipé pour faire les marchés. Alors son deal, excellent pour vous, ami(e)s lect(eurs) (rices) (2,99€ !!!) , un peu moins pour lui mais, selon son expression favorite, il « s’en branle », il vous le propose en format numérique uniquement (pitié pour les arbres !). Rappelons aux étourdis que le prix d’une liseuse est vite amorti par l’économie faite sur les bouquins ensuite (à condition que le lobby des proxénéditeurs – toujours eux – n’aille pas poser sa grosse pogne crochue sur les e-books comme, depuis la nuit des temps, sur la production papier).

On peut également lire « Loser au menu » sur son ordi, sa tablette ou son smartphone.

Des extraits, vous en aurez. franckyvonrichard.com, @nouveau_polar et #PolarNum sont là pour ça. Mais on va attendre un peu. Pour l’instant, grâce à Librinova  et à ses 200 e-librairies et plateformes de distribution partenaires , en bons petits voyeurs près de vos sous que vous êtes, vous pouvez toujours déguster quelques chapitres de « Loser au menu »  gratos.

Bonne lecture. Ce n’est pas un souhait mais une certitude.

Le Nouveau Polar

Des contraintes de temps m’obligent à espacer de plus en plus mes interventions sur franckyvonrichard.com . Rassurez-vous, Son Emperozité n’a pas fini dans prendre plein son vilain muzeau. Pareil pour les djihadistes beaucerons et leurs potes tueurs d’animaux. C’est juste qu’on peut pas être partouze à la fois et que, pour l’instant, j’ai tendance à défendre les causes qui me sont chères sous la forme de « tweets », mieux adaptés à mon agenda. Conclusion, je recommande aux personnes susceptibles de s’intéresser aux fruits de ma gamberge, de se rendre sur https://twitter.com  où, épaulé par une poignée de fidèles camarades, je pilote tant bien que mal Le Nouveau Polar , page à but non lucratif (what else ?) spécialisée dans la diffusion de liens de référence vers des polars au format numérique. Curieusement, on en profite pour casser tous les connards qui nous tombent sous la main. Dont Son Emperozité, les djihadistes céréaliers et les tueurs d’animaux. N’hésitez surtout pas à nous rejoindre, c’est gratos et ça nous fera plaisir.

Bisous, Franck.

LOSER AU MENU

2 putains de bonnes nouvelles !

1/ Il tombe enfin un peu d’eau liquide sur les terres abîmées par la sécheresse et l’insanité des terroristes céréaliers.

2/ «  LOSER AU MENU », le 2ème thriller policier de notre ami Heffi Grecker est  signalé en approche sur nos liseuses impatientes.

 

Papy Gégé

 

On se disait bien que ce petit escroc geignard  de Noculot Hilas (ou un nom de faux derche commace) se faisait une pub à bon marché supplémentaire en prétendant quitter le navire impérial pour cause de mal de mer, alors que, comme tout rat qui se respecte – il n’y a pas de quoi, merci – il se barrait avant un naufrage imminent !

Aujourd’hui, c’est le vieux débris qui chialait d’émotion le jour du sacre que l’on voit faire un bras d’honneur à son empereur ! Lui aussi se dit que les vacances au pays de l’embrouille innovante sont terminées. Il  est temps de revenir à des malhonnêtetés moins délirantes. Un peu de sérieux dans l’arnaque, sinon on s’en sort pas, hein papy Gégé ?

Abandons de poste, sondages pourris, mutineries à répétition, y a pas à chier, ça craint pour Son Emperosité  Manuléon 1er (et dernier, ouf !).