Les aventures de Moïse / 3. Moïse et la Conquête de l’Ouest

 

Je sais, il peut sembler moins rasoir à l’homme préhistorique post moderne d’écluser des bières en comptant les points à l’occasion d’un milliardième débat télévisé entre politiciens soi-disant concernés par le bonheur de leurs semblables mais avant tout préoccupés de promouvoir leur image personnelle, plutôt que se risquer à la fréquentation des parchemins poussiéreux sur lesquels, sans qu’il en ait pleinement conscience, repose son quotidien d’homo sapiens-sapiens en déroute. C’est pourtant ce que, comme en témoignent les deux premiers épisodes de ces Aventures de Moïse, j’ai décidé de faire.

Comprenons nous : il est hors de question de prendre part ici à une énième guerre de superstitions, ni même de disserter sur le bien-fondé du recours à une quelconque puissance invisible omnipotente et omnisciente pour expliquer le pourquoi du comment de l’existence humaine. Il se trouve simplement que les braves gens qui estiment nécessaire de se livrer à ce genre de spéculations en profitent à chaque fois pour promulguer, au nom du démiurge dont ils se réclament, des codes de conduite et autres règlements du camping à respecter coûte que coûte sous peine de se voir appliquer les pires châtiments dans ce monde et dans l’autre.
Prenant mon courage d’une main, l’autre étant occupée à me pincer le nez,  je me suis donc fixé la tâche, fastidieuse autant qu’ingrate, de répertorier, à travers la Torah, la Bible et le Coran, les articles des règlements en question les plus significatifs quant à leur lien direct avec nos misères, petites et grandes, laissant au lecteur ou à la lectrice le soin de juger par eux-mêmes s’il s’agit là de pures coïncidences  ou, comme j’ai tendance à le croire, de rapports de causes à effets.
Dans les pages qui précèdent j’ai évoqué, citations originales à l’appui, le caractère fondateur de la notion de «domination »  dans la civilisation juchrémane – néologisme déposé, le terme « judéo – chrétien » faisant étrangement fi de l’apport musulman à la culture monothéiste régissant aujourd’hui les deux tiers de la planète: domination par le prêt et domination par le sexe.

Voyons aujourd’hui, si vous le voulez bien, ce qui retourne de la domination par étouffement géographique selon le dieu de Moïse.

Deutéronome, chap 6
10 « L’Éternel, ton Dieu, te fera entrer dans le pays qu’il a juré à tes pères, à Abraham, à Isaac et à Jacob, de te donner(1). Tu posséderas de grandes et bonnes villes que tu n’as point bâties,
11 des maisons qui sont pleines de toutes sortes de biens et que tu n’as point remplies, des citernes creusées que tu n’as point creusées, des vignes et des oliviers que tu n’as point plantés.»

 

Quel ne fut pas mon étonnement d’ignare en histoire-géo lorsque, surmontant mon envie de hurler devant des prophéties relevant de pareilles injustices, divines ou pas, j’ai entrepris d’en savoir plus sur la malheureuse contrée de Canaan sur laquelle, à en croire le Deutéronome – encore et toujours ce 5ème livre du Pentateuque, commun à la Torah et à la Bible – Moïse reçut un jour l’injonction divine de tomber à bras raccourcis :
Wikipédia : « Le nom de Canaan est ancien et semble être apparu au IIIe millénaire av. J. C.. On a retrouvé des mentions de son nom sur des tablettes trouvées dans les ruines de Mari où elle apparaît en tant qu’entité politique distincte. Il s’agissait sans doute d’une terre d’une certaine diversité ethnique. Mais dans un contexte ethnique, il semble que les Cananéens, voisins et proches parents des Amorites, correspondent exactement aux Phéniciens. »
…une petite carte ne nous ferait pas de mal, merci :

canaan

Oups !!! Mais n’est-ce pas là le petit coin tranquille où tout le monde rêve de passer ses congés payés ? Mais oui ! C’est bien la Palestine !!!
Bon alors on garde son calme ! On ne saute pas sans réfléchir sur une occasion en apparence indiscutable d’accuser les grands méchants Juifs d’être revenus sur les lieux de leurs exactions bimillénaires et de se servir des révélations de Moïse pour justifier leur sale besogne de colonisation cancéreuse sur un territoire appartenant aux descendants par Mahomet interposé de leurs gentils demi frères ennemis ismaélites.
Deux raisons au moins nous obligent à tempérer notre précipitation à désigner un responsable des 8900 morts(2) du conflit israélo-palestinien en 20 ans :
1/ Comme on le voit, ni les Juifs ni les Musulmans ne peuvent se targuer d’un quelconque droit historique à occuper cette bandelette de littoral méditerranéen aujourd’hui transformée en désert, moins à cause du réchauffement de la planète que du simple fait des innombrables invasions et contre-invasions de sanglants chefs de guerre de tous poils et de toutes couleurs qu’elle a eu à endurer au cours des trois millénaires passés. On supposera d’ailleurs que les Phéniciens eux-mêmes n’avaient certainement pas dû se gêner pour faire un brin de nettoyage ethnique avant d’installer leurs serviettes de bain sur le sable chaud de ce petit coin de paradis.
2/ On stigmatise, souvent à juste titre, l’obsession des Juifs à se vouloir le «peuple élu» exhorté par Moïse à accomplir les desseins divins mais à la lecture de la sourate 7 du Coran on ne peut que rester perplexe quant à l’identité des zélateurs du récipiendaire de l’ »Arche d’Alliance »  encouragés en tant que tels à prendre possession des « grandes et bonnes villes que tu n’as point bâties » de Canaan:
Coran, Al-Araf :
144. «Et (Dieu) dit : « Ô Moïse, Je t’ai préféré à tous les hommes, par Mes messages et Ma parole. Prends donc ce que Je te donne, et sois du nombre des reconnaissants ». »
159. «Parmi le peuple de Moïse, il est une communauté qui guide (les autres) avec la vérité, et qui, par là, exerce la justice.»

En conséquence, bonne chance aux observateurs de l’ONU !

Et, conquête de l’Ouest pour conquête de l’Ouest, avouez qu’il est quand même plus simple de savoir qui, des cow-boys et des Indiens, a envahi qui. Sauf que pour cette invasion là, toute récente soit-elle en comparaison de celle qui nous occupe, quelque chose me dit qu’il y a également prescription.

Comme pour le partage des mines d’or et de diamants africaines entre chrétiens et musulmans.

Et pour la razzia catholique romaine sur les richesses de l’Amérique du sud qui avait précédé.
En fait, à l’heure qu’il est, seuls les Martiens sont à l’abri des rabbins, curés, imams et des multinationales qui rament dans leur sillage. Tant pis pour eux, ils n’iront pas au paradis! On ne va pas perdre notre temps et notre argent à former des colons belliqueux et racistes juste pour investir leur tas de cailloux irrespirable. Dominer certes, mais dominer à bon escient!
En supplément gratuit à ce chapitre plein de joie  joie et de bonne humeur, quelques conseils divinement incohérents aux apprentis envahisseurs, conseils qui raviront sans aucun doute les populations civiles concernées :

Exode (2ème livre du Pentateuque)
20:13 «Tu ne tueras point.»
20:17 «Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.»
MAIS :
Deutéronome, chap 20
10 Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix.
11 Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi.
12 Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras.
13 Et après que l’Éternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée.
14 Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés. »

Mahomet non plus n’est pas à l’abri des contradictions qui font la joie des purs croyants :

Coran
Sourate 2 : La vache (Al-Baqarah)
136. Dites : « Nous croyons en Dieu et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis ».
MAIS:
Sourate 9 : Le repentir (At-Tawbah)
30. Les Juifs disent : « Uzayr est fils de Dieu » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Que Dieu les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? »

Bonnes vacances à Canaan!

 

(1)Genèse, 17, 8 – Et je donnerai à toi et à ta postérité la terre de tes pérégrinations, toute la terre de Canaan, comme possession indéfinie; et je serai pour eux un Dieu tutélaire. » 

 

 

(2) Ce chiffre, hélas pulvérisé depuis, tout comme celui du ratio entre les pertes des deux parties en présence, date de 2009. La grande majorité – 7 398 – sont Palestiniens, dont 1 537 mineurs. Israël, de son côté, déplore 1 483 morts, dont 139 mineurs.

 

lire le chapitre suivant : Moïse lave plus blanc (1ère partie)

Une réflexion au sujet de « Les aventures de Moïse / 3. Moïse et la Conquête de l’Ouest »

  1. Chouette, j’apprends plein de choses… !!!

    Mais, zut, zut, et re-zut… je crois que je vais ranger mon habit de soubrette à la cave… la domination est passée de mode.

Les commentaires sont fermés.