Les aventures de Moïse / 15. Moïse passe la main

 

« Ce n’est pas l’Utopie qui est dangereuse, car elle est indispensable à l’évolution. C’est le dogmatisme, que certains utilisent pour maintenir leur pouvoir, leurs prérogatives et leur dominance. »
Henri Laborit

 
Je me vois ici contraint de tempérer l’autosatisfaction narquoise des valeureux « athées », « anti-théistes » et autres « libre penseurs ». Il ne suffit pas d’être enfin parvenu à s’extirper des rets d’un folklore abrahamique appelé, de toutes façons et selon toute probabilité, à disparaître plus ou moins complètement dans les 600 ans à venir (relire ici Moïse lave plus blanc), pour se croire, du même coup débarrassé des stigmates contre évolutionnaires que deux millénaires et demi de culpabilisation infantilisante ont gravés en nous.

« Le capitalisme est la célébration d’un culte sans trêve et sans merci. Il n’y a pas de “jours ordinaires”, pas de jour qui ne soit jour de fête, dans le sens terrible du déploiement de la pompe sacrée, de l’extrême tension qui habite l’adorateur. » (1)
S’inspirant des travaux de Max Weber qui, quelques années plus tôt, avait mis au jour les origines religieuses du capitalisme (2), Benjamin va ici beaucoup plus loin que son aîné sociologue. Presqu’aussi loin que G. Landauer qu’il ne semble pas avoir omis de lire attentivement :
« Qui est-ce qui ne voit pas, qui ne voit pas encore aujourd’hui, que l’argent, que le Dieu n’est pas autre chose qu’un esprit issu des êtres humains, un esprit devenu une chose (Ding) vivante, un monstre (Unding), et qu’il est le sens (Sinn) devenu fou (Unsinn) de notre vie ? L’argent ne crée pas de richesse, il est la richesse ; il est la richesse en soi ; il n’y a pas d’autre riche que l’argent. »(3)
Ces esprits ô combien éclairés avaient eu tout loisir de parcourir le chef d’œuvre de Mary Shelley publié en 1818, «Frankenstein ou le Prométhée moderne », dans lequel la monstrueuse invention d’un savant imprudent finit par lui échapper au point de causer sa perte irrémédiable. Toutefois il leur aurait fallu vivre un bon siècle supplémentaire pour goûter les joies d’une petite merveille technologique qui, depuis les années soixante, n’a cessé de ravir nos chères têtes blondes.

« Appliquer le tattoo sur la peau ou sur le support. Chauffer 20 s avec la paume de la main. Décoller lentement le papier. »(4)

Pour ce qui est de « chauffer 20 s » il me revient en mémoire un vieux dicton dont l’élégance discutable ne nuit en rien à la justesse du raisonnement qui l’engendra : « Plus c’est long, plus c’est bon. ». Deux millénaires et demi me paraissent un temps de chauffe sur lequel on peut s’appuyer, de la paume ou de toute autre partie charnue de l’anatomie du croyant moyen, en vue d’une décalcomanie réussie.

La phase finale du procédé décalcomanique, « Décoller lentement le papier », ne nécessite aucun effort particulier. Pour ce qui nous occupe, il suffit, siècle après siècle, d’aller moins souvent à la messe, de faire baptiser moins systématiquement ses enfants, de les envoyer plus rarement au catéchisme, etc… Les croissances exponentielles de l’athéisme à travers le monde, et de sa version soft, l’agnosticisme (on n’est jamais assez prudent !) témoignent de la lente érosion des superstitions en général et du Juchrémanisme en particulier, malgré les efforts soutenus de la filiale cadette pour continuer le combat obscurantiste aux siècles des siècles.
En revanche, les certitudes politico-philosophiques aboutissant à admettre le bien fondé des techniques chrématistiques abrahamiques (prêt à intérêt, héritage, mourahaba et consorts) afin d’asseoir sans coup férir la domination d’une frange de la population planétaire sur le reste de l’espèce, semblent avoir parfaitement imprégné notre système de pensée préhistorique post moderne.
A tel point que, décalqué à travers le « papier » des « Religions du Livre », le « tattoo » du dieu unique que l’on voit orner, en ce troisième millénaire commençant, les fronts et les reins de la multitude n’est pas celui de Yahvé ni celui de l’Eternel des Armées ni celui d’Allah mais de celui dont ils ne sont que les faire-valoir, celui de St Dollar en personne.

Sachant que ce curieux transfert de monothéisme n’eût été possible sans la trouvaille décisive du héros de ces aventures palpitantes de faire de son divin mentor un expert-comptable rompu à toutes les ficelles de la finance préhistorique moderne.

Parce que passer sa vie à se coller des bourre-pifs, que c’est le dernier qui reste debout qu’il a gagné jusqu’à la distribution de bourre-pifs suivante, ça va bien un moment mais avouez qu’il était nettement plus efficace de mettre en place une divine embrouille permettant à la poignée de petits malins qui en maîtriseraient les arcanes de perpétuer leur domination généalogique aux siècles des siècles.

« Ah Dieu ! Que la domination par le prêt à intérêt est jolie ! »
Le fait est que les chefs en chef Gengis Khan, Charlemagne, Napoléon, Hitler, Staline et consorts n’ont jamais posé leurs pognes graisseuses sur des empires aussi étendus que celui sur lequel règne aujourd’hui un cartel de banquiers prostatiques autant qu’anonymes. Savoir : la planète entière.
Et si, malgré tout, on se payait le luxe de se quitter sur une note quasi optimiste ?

 

Sentiment d’appartenir à une classe sociale et situation par rapport à l’emploi (5)

tableau "sentiment"

 

Les sondages valent ce qu’ils valent, nous sommes bien d’accord. Cependant le tableau ci-dessus me semble mériter toute notre attention par la formulation même de la question posée. Le tableau s’intéresse à l’idée qu’un échantillon de l’espèce homo sapiens-sapiens en un lieu L et un temps T, en l’occurrence les Français de l’an 2011, se font d’eux-mêmes. En d’autres termes nous pouvons y trouver une réponse, sinon d’ordre ontologique (« qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous et qu’est-ce qu’on va manger ce soir ? » (6), au moins « sociétale » au « connais-toi toi-même » de Socrate. Cette réponse est la suivante : si l’on considère que, au moins en termes de revenus, la distinction employés/ouvriers a de moins en moins raison d’être, les deux tiers des personnes interrogées se définissent comme des citoyens « moyens ».
D’un mal pouvant naître un bien, il apparaît donc que l’acharnement des grands prêtres du culte de l’argent à faire des citoyens de simples pions interchangeables sur l’échiquier d’une économie au bord de l’implosion conduit peu à peu à la prise de conscience, par les pions en question, de leur appartenance à une seule et unique catégorie sociale.

Pour preuve, notons que, craignant sans doute les conséquences d’un « sentiment » qui, par ses implications égalitaires, pourrait bien nuire énormément au principe de domination hérité du monothéisme juchrémanique, nos prophètes de l’enrichissement personnel insistent – « diviser pour mieux régner »  oblige – sur une forme plurielle qui a déjà fait ses preuves. Tout comme à LA liberté d’avant la seconde guerre mondiale ont succédé LES libertés des « 30 glorieuses », nous aurons tous remarqué que dans les milieux bien informés autant que dans les milieux mal informant on a souci de dire LES classe moyennes et non pas LA classe moyenne.
Ce pitoyable subterfuge ainsi que quelques autres du même acabit, avec en tête de gondole la stigmatisation des immigrés et des chômeurs en tant que responsables du marasme planétaire, réussiront-ils encore longtemps à maintenir, à l’intérieur des frontières des nations comme celles des entreprises, « en interne » comme on dit chez les esthètes, un esprit de compétition hérité de nos vaillants prophètes :
Genèse 30:8
« Rachel dit: J`ai lutté divinement contre ma sœur, et j`ai vaincu. Et elle l`appela du nom de Nephthali. »

Genèse 32:28
« Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. »

Al-Balad 90.4
« …que Nous avons créé l’homme pour une vie de lutte ! »

…Ou bien « le chaînon manquant entre le singe et l’homme » que nous sommes (7) va-t-il, comme je le pense, secouer ses oripeaux abrahamiques et s’affranchir une bonne foi pour toutes du culte morbide de l’Argent-Roi qui, enfin débarrassé de son statut d’ersatz de clé du bonheur individuel par accumulation, sera sagement replacé dans sa fonction première, savoir un moyen d’échange entre producteurs de richesses réelles autant que nécessaires à l’épanouissement moral et matériel d’une espèce appelée à entrer enfin dans son Histoire?

 

F.Y Richard, Juillet 2014

 

 

(1) Walter Benjamin, «Le capitalisme comme religion», 1921 in Fragments philosophiques, politiques, critiques, littéraires, édités par R.Tiedemann et H.Schwepenhäuser, Traduit de l’allemand par Christophe Jouanlanne et Jean-François Poirier, Paris, PUF, 2000, pp. 111-113.
(2) Max Weber, « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme ».
(3) Gustav Landauer, Aufruf zum Sozialismus, Berlin, Paul Cassirer, 1919, p. 144.
(4) Instructions aimablement fournies par : Service Consommateurs MALABAR – BP 1320, 41013 BLOIS CEDEX
(5) INSEE
(6) Woody Allen
(7) Pierre Dac