Les aventures de Moïse / 14. Moïse plaide coupable

 

« Jusque-là je n’avais fait qu’exprimer tant bien que mal la soupe de jugements de valeurs que la socio-culture avait laborieusement mise en place dans mon système nerveux. »
Henri Laborit,  Éloge de la fuite (1976)

 

J’exprime une fois encore le souhait que ce survol supersonique de la préhistoire post moderne puisse aider ceux qui le désirent à mieux saisir le lien étroit, pour ne pas dire la symbiose, existant entre la culture abrahamique et « la soupe de jugements de valeurs » dans laquelle nous trempons notre quotidien rassis. Une soupe dans laquelle, savamment mixé avec le principe de domination emprunté par la SARL Abraham & Fils au règne animal, voire végétal, l’ingrédient « culpabilité » se voit attribuer une importance prépondérante, sinon essentielle.
Si les Juifs et les Musulmans rejettent la doctrine chrétienne du péché originel, les rabbis y voyant une déformation de la mythologie hébraïque alors que les ulémas ne peuvent tout simplement pas admettre qu’Adam, premier prophète de l’Islam ait pu désobéir au Tout-Puissant, le CA du consortium juchréman se retrouve à parler d’une seule voix pour déclarer que, fort étrangement puisque d’essence divine, l’homme a été créé faible :
Coran, An-Nisaa,28
« Dieu veut alléger certaines de vos obligations, sachant bien que l’homme a été créé faible. »

…au point de marquer une certaine propension innée au mal :
Torah, Genèse 8.21
« …et l`Éternel dit en son cœur: Je ne maudirai plus la terre, à cause de l`homme, parce que les pensées du cœur de l`homme sont mauvaises dès sa jeunesse ;… »

Psaumes 51.7
« Voici, je suis né dans l`iniquité, Et ma mère m`a conçu dans le péché. »

Autrement dit, fondatrice ou accessoire, la tentation de faire des bêtises guette l’homo sapiens-sapiens au tournant et il est indispensable, pour son propre salut, de l’en convaincre.
Autrement dit, nous devons en permanence douter de nous-mêmes.  Nous devons nous persuader du fait que nos sentiments, nos choix, nos actions sont entachés d’une culpabilité potentielle, ontologique, à combattre sans relâche sous peine de voir ses funestes conséquences attirer sur nous les foudres d’un nouvel accès de colère divine, une « apocalypse » bien sentie en comparaison de laquelle les sept plaies d’Égypte font figure de tirages d’oreille quasi affectueux.
Du berceau à la tombe, comme constaté au chapitre précédent, nous restons des êtres frappés d’immaturité chronique, les femmes surtout. Des créatures pas tout à fait finies auxquelles il n’est que de raison d’interdire de décider seules de ce qui est bon pour elles. Des enfants d’enfants d’enfants enfantés par les premiers enfants d’une famille monoparentale composée de Dieu, et Dieu sait que ce n’est pas une mince affaire d’élever ses gosses tout seul !

Bible, Romains 13:5

« Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. »
Soumis à Dieu, pour sûr, mais comme Dieu ne rentre pas à la maison tous les soirs et que Moïse, Jésus et Mahomet, nos subrogés tuteurs, ont dû momentanément s’absenter, pour nous empêcher de céder aux sournoiseries de notre nature faiblarde, obligation morale nous est faite de nous soumettre à la volonté de parents-enfants, même s’ils nous ont, non pas donné, mais prêté une vie qui ne leur appartenait pas.

Ainsi qu’à la haute autorité d’instances paternelles de substitution ou « chefs », petits et grands, qui, sympathiquement, s’en viennent aider les premiers à guider leurs délinquants en puissance de rejetons vers les sommets de l’ « excellence » sociale selon Nico l’Asticot.
703 entrées bibliques, tous testaments confondus, pour « chef », dont :
Exode 18:25
« Moïse choisit des hommes capables parmi tout Israël, et il les établit chefs du peuple, chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix. »

Deutéronome 20:9
« Quand les officiers auront achevé de parler au peuple, ils placeront les chefs des troupes à la tête du peuple. »

Nombres 1:4
« Il y aura avec vous un homme par tribu, chef de la maison de ses pères. »

Matthieu 2:6
« Et toi, Bethléhem, terre de Juda, Tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple. »

Corinthiens 11:3
« Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l`homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. »

Ephésiens 5:23
« …car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l`Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. »

En matière de délégation des pouvoirs, le Coran n’est pas en reste  :

Al-i’Imran 3.39
« Et les anges l’interpellèrent pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire : «Dieu t’annonce la naissance de Jean qui confirmera un Verbe émanant du Seigneur, qui sera un vrai chef, un homme chaste et un prophète parmi les justes.»

As-Sajda 32.24
« Nous avons élevé certains d’entre eux au rang de chefs spirituels, pour les diriger suivant Nos ordres, aussi longtemps qu’ils se sont montrés persévérants et fermement convaincus de Nos signes. »
…Une hiérarchie à respecter sous peine d’encourir quelques menus désagréments ( bon d’accord, dans ce qui suit c’est le bad guy qui cause) :

Ta-ha 20.71
«-Quoi !, dit Pharaon. Vous vous êtes ralliés à Moïse sans prendre mon accord? C’est sans doute lui votre chef qui vous a enseigné la magie. Je vais vous faire couper les mains et les pieds en ordre croisé et vous faire crucifier sur des troncs de palmier. Et vous saurez alors qui de nous dispose du châtiment le plus sévère et le plus durable !»

…Mais le Momo des Musulmans, à en juger par ses antécédents, n’était sûrement pas du genre à se laisser impressionner :

Al-Baqara 2.54
« Souvenez-vous lorsque Moïse dit : «Ô mon peuple ! Vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en adoptant le culte du Veau d’or. Repentez-vous donc à votre Créateur ! Punissez de mort les coupables vous-mêmes ! Dieu appréciera sûrement ce geste de bonne volonté.» Et effectivement Dieu accepta votre repentir, car Il est Plein de mansuétude et de clémence. »

Cela posé, les deux versets ci-après prouvent bien que le Coran est avant tout un recueil de déclarations d’amour et de compassion de Dieu envers Ses Créatures :

An-Nur 24.2
« Administrez à la femme et à l’homme coupables de fornication cent coups de fouet chacun. Le respect de la loi de Dieu exige que vous n’ayez aucune pitié pour eux, si vous croyez en Dieu et au Jugement dernier. Ce châtiment devra être exécuté en présence d’un groupe de croyants. »
Al-A’raf 7.44
« Et les habitants du Paradis crieront aux habitants de l’Enfer : «Voilà que se réalise pour nous la promesse de notre Seigneur ! Et celle qu’Il vous a faite se réalise-t-elle?» – «C’est fait !», répondront-ils. Un crieur proclamera alors au milieu d’eux : «Que la malédiction de Dieu s’abatte sur les coupables »
En conclusion, à l’inverse de ses politiciens « responsables mais pas coupables », le Juchréman de base doit se considérer comme coupable bien qu’irresponsable. C’est quand même facile à comprendre, non ?
En même temps, la SARL Abraham & Fils a toujours pris soin de ne pas inscrire le verbe «comprendre » à son cahier des charges. C’est le genre de verbe qui cohabite assez mal avec un autre, fondateur quant à lui de la pensée mosaïque : obéir.

Torah/ Bible
Deutéronome 13:4
« Vous irez après l`Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui. »

Deutéronome 27:10
«Tu obéiras à la voix de l`Éternel, ton Dieu, et tu mettras en pratique ses commandements et ses lois que je le prescris aujourd`hui. »
Coran
An-Nur 24.53
« Ils jurent par Dieu, de la façon la plus solennelle, que si tu leur ordonnes d’aller au combat, ils s’exécuteront sans tarder. Dis-leur : «Inutile de jurer , ce qui compte, c’est d’obéir ! Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites !»

Sad 38.74
« …seul Satan refusa par orgueil d’obéir, se rangeant ainsi du côté des rebelles. »

 

 

 

(à suivre : Moïse passe la main )