Archives mensuelles : novembre 2018

gilet or not gilet

Je passe en vitesse vous dire que ça caille et que, jaune ou pas, mieux vaut prévoir un gilet pour les jours à venir. Comme je peux jamais éviter de me faire des potes, j’ajouterai, en protégeant mon visage et mes parties intimes de vos ardeurs démocratiques, que franckyvonrichard.com  vous a souvent mis en garde contre le syndrome du bureau de vote. Vous avez élisionné votre emperozité de merde, maintenant, bibliquement parlant,  c’est lui le boss.

Que ça vous serve de leçon pour la prochaine convulsion expectorale.

Bisous démocratiques.

Merdia über alles ( dyslexie quand tu nous tiens)

Je sais que c’est pas grave et que tout le monde s’en fout mais quand même et justement. Après la lente et douloureuse mise à mort du « discours indirect » de mon enfance studieuse, jumelée avec la prolifération exponentielle du « c’est quoi» ravageur, après le très franceculturien « aujôrd’hui » et ses variantes « ôjeurd’hui », « oujard’hui » etc… Voici qu’à l’horizon de nos campagnes vernaculaires en pleine mutation pour le pire, est venu tout récemment se glisser un petit nouveau au sein des maniérismes débridés, autant qu’inexplicables, de nos voix merdiatiques préférées. Le syndrome du Sainmedi, oui messieurs-dames, le SAINmedi a décidé de faire pendant avec ce bon vieux MAItenant !

« Et maitenant, chers auditeurs, France Enculture va vous esspliquer c’est quoi qu’on vous propose oujard’hui Sainmedi à la Grande Étable d’Olivia Gesbert-que-vous-allez-bien. »

Fuck.

PS – Les amateurs de grammaire française (presque) traditionnelle qui n’auraient pas encore téléchargé « Loser au menu » sont invités à le faire de toute urgence thérapeutique. Le talent d’Heffi est là pour vous rassurer sur c’est quoi un bon polar qu’il vous fera oublier les dérives mortifères du non-sens enculturel rémunéré par vos soins (encore bravo).

Yeah man ! (prononcer Yemen)

Prononcer : le dieu Pognon (aventures de Moïse, chap 15) a encore frappé.

Prononcer : Son Emperozité, qui se « repose » actuellement du côté de Honfleur, a décidé que, le client étant roi, l’Arabie Saoudite ne devait pas se voir refuser l’achat d’armes françaises. Parfaitement inoffensives, puisqu’on se tue à vous le dire, bande d’incrédules, contre les populations civiles qui, de toutes façons sont appelées à mourir de faim, ces armes sont notre gagne-pain, à nous, braves Froncés. C’est que, en plus de ces feignasses de chômeurs en perpétuelle recrudescence, avec les 15 migrants qu’on s’est engagés à loger et nourrir, les temps sont durs. Les commémorations « marathoniennes » que notre demi portion impériale, malgré sa santé fragile, a courageusement planifiées, c’est pas gratos non plus, vous savez ? À se demander si on a bien fait de le signer, ce putain d’armistice. Un siècle après, il devrait quand même y avoir prescription, merde !

Prononcer : beaucoup plus important autant qu’urgemment nécessaire, y a les étrennes 365 jours/an de  Roux de Baisemieux et ses petits camarades.

Prononcer : y a le barbier de Castagner qui réclame 3 ans d’arriérés.

Because, prononcer (ça aussi, on se tue à vous le dire) : ce n’est qu’à partir de demain qu’on rase gratis .