Le Grand Charles, Gutenberg, le lobby de l’édition et les autres…

 

Il fut un temps où, de château en château, les troubadours (« trouvères » au nord de la Loire) s’en allaient contant (et pas toujours contents du gîte et du couvert qu’ils se voyaient offerts  en contrepartie) les exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland.

Puis, lassé des grèves à répétition des intermittents du spectacle, l’on décida de se raconter les exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland tout seul. L’on apprit à lire et l’on misa sur le parchemin, au prix de quelques souffrances pour les veaux qui laissaient leur peau dans l’affaire. Parchemin sur lequel on inscrivit d’une plume d’oie alerte (la plume parce que l’oie…) les exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et son neveu Roland.

Les troubadours (« trouvères » au nord de la Loire) firent la gueule mais écrasèrent le coup, apprirent à écrire et se recyclèrent tant bien que mal dans la littérature.

Une poignée de siècles plus tard, un trouble-fête du nom de Johannes Gutenberg (un Fridolin) inventa l’imprimerie. Nos plumitifs, ex « troubadours » (« trouvères » au nord de la Loire) tirèrent une fois encore une gueule longue comme ça. Mais on n’arrête pas le progrès et ils se firent Hallyday  à l’idée de partager les bénefs que leur rapportait le récit  des exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland, avec le lobby des éditeurs qui, malins comme des singes, avaient » esspliqué » (comme on dit à la télé) aux créatures de J.Gutenberg que, en tant que travailleurs manuels, ils avaient besoin d’être coachés par des êtres pensants.

Mais on n’arrête pas le progrès et, voici quelques décennies, l’informatique a rendu l’imprimerie superfétatoire, pour ne pas dire inutile. On peut dorénavant, tenez-vous bien, conter les exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland sans faire appel à la magie des imprimeurs ni avoir à détruire des forêts entières    (ah oui j’ai omis de préciser qu’entre temps le vélin des veaux (rien à voir avec Vaulx-en-Velin) avait cessé d’être indispensable à la transmission, aux siècles des siècles, desdits exploits (ni de ceux, nettement plus sacrés selon les spécialistes, de Moïse et sa bande d’allumés mais ceci est une autre histoire).

Hélas ! D’aucuns ont horreur de tout ce qui touche à leurs petites habitudes. Ah ! Le crissement subtil du papyrus ! Ah , le parfum de l’encre fraîche ! Comment ça, ce qui compte ce sont les exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland et la manière de les narrer qui importent ? Vous rigolez, les mecs ! Ce qui compte, c’est le tournage des pages par nos doigts pleins de confiture, le matin au p’tit déj’! Et la couverture ! Ah, la couverture cartonnée !  Et la poussière? Ah ! La poussière qui s’accumule sur les rayons des bibliothèques de Phronce et de Navarre ! Et le pilon ? À quoi il va servir, le pilon si on n’imprime plus ? On a imprudemment aboli la guillotine, au point de ne plus savoir que faire de nos Gilets Jaunes aujourd’hui, mais le pilon qui écrase les derniers espoirs d’un auteur de voir son œuvre un jour éclore aux yeux du public, nous faisant gagner un peu de place dans les rayonnages des libraires ? Faudra-t-il l’abolir, lui aussi ?

Non, croyez m’en, braves cons de lecteurs juchrémans. La culture est une est indivisible. Et elle passe par le livre. Le livre imprimé et aucun autre , émanation jalouse de la Parole Divine. Ne dit-on pas les « religions du Livre »(avec une majuscule) ? Quel mécréant se risquerait à parler des « religions du e-Book » (même avec une majuscule) ? Un peu de sérieux, voulez-vous !

Et notre bon vieux lobby des éditeurs, dans tout cela. Comment pourrait-il survivre à pareille diablerie si on n’y mettait rapidement un terme ? Ecoutez  les cris déchirants d’Albin, entendez les plaintes de Robert : « Ah ! Le bruissement délicat de la feuille que l’on écorne pour savoir où on en est ! Ah, la bonne odeur de moisi de l’encyclopédie en 25 tomes qu’on na n’a pas ouverte depuis qu’on l’a héritée de la tante Louise ! Ah, la toile d’araignée qui effraie la bibliothécaire à peine remise de sa dernière chute d’escabeau, pour la plus grande gloire du Livre Imprimé ! »

Ok, braves cons de lecteurs juchrémans ! Allez-y ! Continuez à dépenser le triple de ce que vous coûterait, au format numérique,  le même récit des exploits du Grand Charles (Carolus Magnus pour les amis) et de son neveu Roland. Continuez à sniffer votre papelard pétrolisé à mort et votre encre fraîche comme mon cul ! Continuez à vous laisser rouler dans la farine par ces arnaqueurs de proxénéditeurs qui reversent généreusement au descendant du troubadour (« trouvère » au nord de la Loire) 10 % du bénéfice de son travail obscur. D’autant plus obscur et flippé – et naze il faut bien le dire , s’agissant de certains troubadours  (« trouvères » au nord de la Loire)  – au hasard M. Houellebecq , sauf que , bizarrement, le beau légionnaire tourne à largement plus que 10% depuis son succès incompréhensible.

Et surtout bonne ânerie 2019, les Juchrémans ! Que l’arôme enivrant du calendrier des pompiers vous protègent des attaques vicieuses d’une évolution qui, quand on voit le résultat, aurait gagné à ne pas nous sortir de nos bonnes vieilles cavernes !

Bisous numériques.