ouverture de la chiasse

z’ont planqué leur quat’quat’s
dans l’ tit bois adéquat
pissé en sifflotant

et  armé leurs panpans

puis secouant leurs bedain’s
ont piétiné la plain’
et les champs moissonnés

leur gloire avait sonné

z’ ont de tout’s tit’s quéquett’s
du vid’ plein leurs casquett’s
ces craignos de septembre

nous font garder la chambre

au détour du sentier
afin d’ rester entier
promeneur téméraire

veille à t’ jeter à terre!

maladroits, fort crétins
partout  voient des lapins
ces craignos de l’automn’

nous font chier comme personn’

z’ont rejoint leurs quat’quat’s
dans l’tit bois adéquat
rattaché leurs clébards

et débouché l’ Ricard

24 réflexions sur « ouverture de la chiasse »

  1. en parlant de fumiers et de marchands d’armes, que penser du vieux fou milliardaire qui fait un doigt d’honneur à la république sous les applaudissements du parti du nain vendeur de rafales ?

  2. et dans ma ville pas de cantoche pour les enfants de chomeurs ! et puis quoi encore bande de fils de branleurs va !

  3. euh … je vous demande de vous arrêter de vous en prendre à mon père … c’est moi le pédé !

Les commentaires sont fermés.