Archives de catégorie : Graffiti

– fiction, pohaizie etc….

C’est qui qui blinde ?

 

Ça se passe aux siècles des siècles. Un canard, une vache, une chauve-souris et un pangolin tapent le carton en se remémorant leur vie sur la Planète Bleue.

– Bleue comme la cuisson de mon cul. Mes enfants en bas-âge, ils les aimaient mieux aussi pâlots que possible. En « blanquette » ou en « sauté » .

– Moi c’était mon foie qui les mettait en transes. Ils m’alpaguaient 3, 4 fois par jour pour me faire avaler des poignées de graines dégueulasses à travers un entonnoir contaminé au H5N1. L’idée c’était que je finisse par faire une cyrrhose. Meilleur au goût, qu’ils disaient.

– Veinard ! Toi au moins ils te nourissaient avant de te bouffer. Moi, pour être consommable, fallait que je me démerde tout seul. D’ailleurs c’est en dévorant des petits losers nocturnes bouffeurs d’insectes,  tellement mirauds qu’ils naviguaient aux ultra sons , que j’ai contracté un genre de méga chtouille qui, de fil en aiguille, a bien failli calmer jusqu’au dernier vieux blanc obèse de l’hémisphère nord.

– Tu sais ce qu’ils te disent les petits losers nocturnes ?

– Du calme, les amis ! C’est de l’histoire ancienne, tout ça. Full aux glandes thyroïdes de chasseur par les rognons de boucher-charcutier. Quelqu’un a mieux ?

– Moi ! Quinte flush à la cervelle inexistante de ministre de L’Agriculture et de l’Alimentation !

– Pas mieux. Pourtant j’y croyais avec mon carré de cannes de serin de Première Dame confinées à l’ancienne …

– Bah tu vas te refaire. C’est qui qui blinde?

Heffi Grecker, sa vie, son œuvre

– Yo Heffi, ça déconfine comme tu veux ?

– Tranquille. Conardo ou pas, je lâche mes 1000 signes par jour, un doigt de jardinage,  apéro à 19 heures. La routine, y a que ça.

– Dis-donc, j’ai lu quelque part que tu misais sur l’intelligence des lecteurs.  C’est pas un pari un peu risqué, gros ?

– Tout dépend du montant de la mise, gros. Et puis, écrire pour des buses, c’est pas un karma.  Je raconte mes salades à ma sauce et roule, ma poule. Et ma sauce, c’est pour les fines gueules, pas les shootés à la rillette du Mans addictive ou au foie gras de canard  glaçant. Même maison, cuisiné par mamie Facebook pendant que papy joue à Age of Empires 12 en gardant un œil attentif sur les petits enfants.

– J’avoue. Ta sauce  c’est pas la soupe maniaco dépressive  servie à la pelleteuse par la proxénédition de masse.

– Cette fois encore, je te laisse l’entière responsabilité de tes propos, gros. Je répète simplement (et poliment) que  vu de ma fenêtre, un polar – d’ailleurs  cette appellation est un peu  galvaudée, je propose de réhabiliter le « roman d’aventures policières», au prix qu’est le mot en ces temps abrégés on va dire « rolar » – a le droit de générer chez la personne qui le lit autre chose que le mal-être, l’angoisse, l’insomnie ou, chez les déviants sexuels, une forte démangeaison à l’entrecuisses.

– T’as des noms de keums qui voient pas les choses commaces ?

– Quelques uns mais compte pas sur moi pour balancer. Sont suffisamment dans la misère comme ça, les malheureux.

– Because le conardo, tu veux dire ? Sûr que les salons littéraires, pour cet été c’est plié.  Dédicaces putassières et gestes barrière, à part la rime…

– Cela dit, une bonne vieille pandémie, statistiquement, ça a toujours stimulé sa race. Sophocle, Boccace, London, Camus, Giono, Garcia Marquez, King… Même Hervé Bazin ou Le Clézio sont allés un jour ou l’autre chercher leur inspiration chez les pestiférés.  Alors  les poulains à trois pattes des proxos de la cellulose, t’imagines comment ils vont se précipiter. La rentrée va être chaude.

– Bernard, Franck, Maxime, toussa ?

– Je te répète que poucaver c’est pas dans mes gènes. Ah j’allais oublier…

–  Quoi ?

– Aujourd’hui c’est toi qui rinces.

 

Le dealer de cadavres et le croque-mort

*

– Bonjour, monsieur le détaillant en chair et organes d’animaux abattus depuis au moins 12 jours («période pendant laquelle la viande reste sur carcasse. Ce processus est le rassissement proprement dit »**).

– Bonjour, monsieur le croque-mort, qu’est-ce qui vous ferait plaisir comme charogne aujourd’hui ?

– Eh bien, si vous me garantissez que « le sucre contenu dans le muscle, le glycogène », a  été consommé en totalité par « les cellules qui continuent à vivre comme une crampe après un gros effort », je craquerai avec joie pour une tranche de cadavre de bovin en état de décomposition nécessaire et suffisante.

– Fibre longue ou courte ? Sachant que « la graisse intramusculaire –le persillé de la viande- qui va fondre à la cuisson, va magnifier ces saveurs qui seront plus rapidement perçues par vos papilles », monsieur le croque-mort.

– Slurp, vous me faites saliver. Merci pour tout, monsieur le détaillant en « pourriture contrôlée ». Et à la prochaine !

« Derrière les rochers une chienne inquiète

Nous regardait d’un œil fâché,

Épiant le moment de reprendre au squelette

Le morceau qu’elle avait lâché. »***

 

 

* Rembrandt « Le bœuf écorché »

** Les passages en italiques sont d’authentiques extraits de pubs de bouchers, picorés sur Google

*** Charles Baudelaire, « Une charogne »

Nous les autres espèces animales

 

Vous vous dites « chasseurs », je vous dis « meurtriers », « tueurs de masse ». Vous vous dites « protecteurs de la nature », je vous dis « tortionnaires du monde vivant ».

Chaque décharge de vos fusils est une insulte braillée aux oreilles de ceux à qui votre existence est un fardeau. Une douleur. Une blessure.

Plus que votre cruauté sadique, votre bêtise fait peur.

Comme si la mauvaise saison n’était pas assez mauvaise. Comme s’il fallait rajouter de la souffrance à la souffrance. La souffrance des êtres amaigris, en quête de quelque racine résistante aux pesticides réglementaires, que vous traquez sans répit.

En meute, le plus souvent. Des meutes de crétins congénitaux. Sous vos déguisements para militaires, votre lâcheté est insondable.

De septembre à février, seigneurs auto proclamés des bois et des champs, vous vous arrogez le droit de nous terroriser, nous les autres espèces animales. De la perdrix tombée à terre, que vous rapportent vos chiens, hurlants, contaminés par votre avidité maladive et que vous enfouissez encore vivante dans vos charniers portables, au paisible promeneur que votre myopie alcoolisée vous aura fait confondre avec un de ces sangliers importés par centaines pour mieux les exterminer ensuite en passant pour des héros.

Nous, les autres espèces animales, les espèces sans fusil à l’épaule, sans bottes, sans 4×4, sans plume au chapeau ni au derrière.

Nous, les autres espèces animales qui, tant bien que mal, nous efforçons d’atteindre à une humanité qui nous échappe encore et toujours.

Nous, les espèces qui vomissons la vôtre.

Dupond ou Dupont ?

J’ai pas mal de soucis de tous ordres en ce moment mais heureusement , il y a les flics pour me remonter le moral.

Des poulets  qui s’entreplument, ça met une ambiance pas possible dans le poulailler et alentour.  Je comprends que notre pileux du museau de Sinistre de l’Intérieur  ait sorti les décos de Noël à pitre costume. Offrant aux braves cons découpés au couteau en céramique (ça se vend bien en ce moment) l’opportunité rêvée de rejoindre, sur la liste des Légionnaires d’Honneur, de courageux héros comme Johnny,  Michel Legrand, Stéphane Berne, Michel Houellebecq, Jean-Marie Colombani, J.Michel  Jarre,  ou encore les 23 joueurs de l’équipe de France de foot championne du monde, mais aussi –parité oblige – de grandes résistantes comme Michèle Laroque, Nathalie Baye, Mimie Mathy, Marisol Touraine, Vanessa Paradis, Céline Fion ou Évelyne Délhiat.

Sur un registre plus léger mais tout aussi inventif, quand ils veulent vraiment s’en donner la peine, nos fiers représentants de la loi savent se surpasser. Rien que pour nous. Pour nous faire vivre des weekends inoubliables. D’accord, sur ce coup-là, les merdias, toujours prêts à aider, n’ont pas hésité à participer à fond et nous les en remercions chaleureusement.

En deux mots, voilà-t-il pas qu’hier, on alpague Xavier Dupont-de-Mes-Deux-Ligonnès, meurtrier présumé de son épouse et de ses enfants, en cavale depuis 8 ans. La police écossaise l’a repéré, au bord du Loch Ness, armé d’une canne à pêche à répétition. Vite, leurs collègues français filent là-haut, émotionnés à fond.

Xavier Ducon-de-Mes-Deux Ligonnès !!! De quoi faire oublier la plantade européenne de Son Emperozité, la veille. Et vas-y que Béhèfèmetivi te suit l’affaire heure par heure, que France Info se fend d’une émulsion spéciale et que tous les spécialistes ès affaires criminelles du siècle sautent partout comme des puces . C’est pas dieu possibe !!! Dupont de-Leurs-Deux Ligonnès !!!  D’accord le mec dit qu’il s’appelle Guy Joao, d’accord il ressemble pas du tout à Xavier Dupont-de-Ses-Deux Ligonnès mais comment croire un type qui a tué sa femme et ses enfants à coups de carabine ? C’est quand même bien ses empreintes, oui ou merde ?

– Heu, merde. Finalement ce ne sont que « partiellement » les empreintes de « l’homme le plus recherché de France » qu’ils disent à LCI,Tf1, FR3, Antenne 12,Canal 13,14,15,16… Et dans tous les journaux et chez la boulangère… Partout quoi…

– « Partiellement » ?  Ça existe, des empreintes digitales « partielles » ?

– Faut croire. C’est comme « la violence légitime » et  « l’eau liquide »…

Eh ouistiti! Pareil qu’avec leur  « violence légitime » et leur «eau liquide », les keufs et les journaleux nous ont encore salement embrouillés. Question d’habitude.

Perso, je regrette pas. Ça valait le coup.  C’est pas tous les samedis qu’on se marre comme ça.