plus con que gros con ?

Pendant que les mamies face bookeuses lâchent leur copié-collé bien pensant contre les vilains chasseurs en se demandant si la côtelette d’agneau de ce soir va être tendre et s’il serait pas temps de cuisiner le foie gras de Noël, je vous livre, perplexe, cette anecdote authentique : cet aprèm j’étais à 4 pattes dans le jardin pour cause de désherbage. Ça flinguait dur dans la plaine. Histoire de me défatiguer les reins j’ai marché jusqu’à la clôture de mon domaine princier. De l’autre côté, dans le chemin cheminait, sulfateuse cassée sous le bras, un gros con de chasseur flanqué de son gros con de clebs. M’avisant (et pas « me visant », c’était déjà ça) le gros con me salue. Je le regarde fixement sans lui rendre son salut et m’en explique à cézigue pâteux :

– Je ne salue pas les assassins. Et prévenez vos potes fous furieux que si jamais j’en vois un s’adonner à ses dégueulasseries morbides à moins de 150 mètres de ma maison, j’appelle les flics.

Réponse du gros con de chasseur :

– Pff ! Vous pourriez au moins dire bonjour.

D’où ma perplexité.

Un gros con de chasseur peut-il être plus con que gros con ?

Jo l’Emplumé et les agriculteurs beaucerons

Je me souviens plus de ce que je vous avais dit à propos des agriculteurs beaucerons. Quelque chose qui rimait + ou –. Ah oui : «  bête et con comme un agriculteur beauceron ». Bon ben les événements de  ce mois de sept 2020 nous recommandent de ne rien changer à notre hypothèse de départ.

Le soir à l’apéro on voudrait profiter des derniers jours de sécheresse  beau temps pour ouvrir la fenêtre comme ils recommandent à la télé, avant de renfiler notre slip sur notre museau de dépisté potentiel le lendemain dans le RER. On voudrait survivre, quoi. Compte là-dessus ! L’agriculteur beauceron est là tout autour de ta petite maison dans la prairie.

À grand renfort d’engrais putrides à l’odeur douçâtre qui te font regretter ce bon vieux fumier, voire l’immonde lisier de cochon, le voici essayant de sauver ce qui peut encore être sauvé de sa récolte de betteraves anéantie par la jaunisse de ses couilles pétries d’angoisse, l’agriculteur beauceron. Il veut aussi protéger ses précieux semis de colza, d’où les tirs de mortiers , oui messieurs-dames, qui laissent incrédule tellement le procédé est bête et con. En plus les chasseurs crient au scandale : « Ils effraient le gibier de la Shoah prochaine, ces invertis! » Les seuls à rigoler sont les “nuisibles” visés par les tirs. On les entend d’ici, les nuits d’insomnie. Mais ça fait rien. Gaz moutarde, grosse Bertha, la guerre sainte est déclarée. Bruxelles a trahi ! Pas de quartier ! Le reste du village peut crever. Le reste du village DOIT crever. Jo l’Emplumé, un pote faisan venu boire le coup dans la baignoire des poissons rouges se bouche le nez et serre le cul . Comme si y avait pas assez  des amoureux de l’article précédent. Les deux grosses merdes à chien, là, Dumont-Poretti et l’autre assiette de charcuterie sur pattes…  À suivre…  Peut-être.

éric & willy

C’est koul de se faire des potes au ministère de la justice ( y a des fois je trouve plus les majuscules sur mon clavier, va comprendre). Encore + koul si c’est le siministre soi-même. Alors voici l’exclu fyr rien que pour vous,  les phacochères par nécessité sanitaire : éric dupond-moretti en pince pour willy (= “quéquette” en anglais) schraen. Plus sexy, à l’en croire, que son admiratrice canadienne et d’1 poids plus conforme à l’équilibre du plumard quand les corps exultent. En +, quéquette (“willy” en alsacien) est écrivain. Et quel écrivain : « pan-pan, dans l’cul  du faisan, tue-ture c’est pour sauver la nature ». Ça méritait largemenent la préface de son amoureux : « j’ai pas honte de m’faire un perdreau,  de sa chair tendre je suis dingo ». Nos vœux de bonheur aux tourtereaux.

bonne 2ème vague !

Coucou les vengeurs masqués !

Je vous rassure, vous avez bien tous de belles têtes de phacochères avec vos slips sur le museau.

Prêts pour la 2ème vague ? Yes ! Surtout les Juillettistes qui se préparent à rentrer, bronzés du front et des oreilles après avoir consciencieusement contaminé des ribambelles d’autochtones économiquement consentants.

La 2ème vague ! Yes, yes ! La super excuse pour rester au pieu toute la journée avec la femme de ménage  top sexy  à poil, juste  son bâillon made in Roumanie, pendant que madame, aide-soignante à Covid City s’en va mériter ses 180 € d’augmentation et sa p’tite chanson de 20h. « Elle est des nôôôtres, elle a perfusé son vieux comme les zau-autreuhs♫»

La 2ème vague ! Yes yes yes ! On va quand même pas laisser les Aoûtiens partir polluer nos plages et nos campagnes et nos montagnes sacrées en oubliant leur clebs sur l’autoroute  sous prétexte qu’eux aussi ont le droit d’aller contaminer les autochtones survivants contre un plein d’essence et un menu touristique ! Pas de ça Lisette ! La 2ème vague ça veut dire on reconfine tout le monde  vite fait bien fait le 31 juillet au soir et , le 1er août au matin, on demande au professeur Raoult de reviender nous faire marrer avec sa coupe Michel Polnareff 1965 et sa blouse de marchand de fromage. Il sera accompagné au comptage de cadavres par le professeur Monsalo, sa calvitie Louis de Funès et ses grosses joues rougeaudes de menteur assermenté.

Sinon,  la 2ème vague n’a pas que des inconvénients, notez. C’est quand même  la garantie pour les plus de 65 ans dégoûtés de la vie de niquer la canicule. C’est la certitude de faire plonger la courbe du chômage (un bon chômeur est un chômeur mort). C’est la promesse de discours géniaux des mamelles de Macron jusqu’à 1h du mat’ même le dimanche. De merveilleux battles Kaaris/Booba retransmis du fond de la cuvette de leurs chiottes octogonales comme s’il en pleuvrait (ou pleuverait, je sai pu).  De redifs de « poubelle la vie» jusqu’à  démission du dernier éboueur. La 2ème vague c’est comme qui dirait l’espoir d’un monde d’avant le monde d’après le monde d’après le monde d’avant  (ou l’inverse, ça marche aussi). Plus les amendes forfaitaires aux bédoistes des rues et la surveillance renforcée pour cause d’incendies de cathédrales patrimoniales et les cèlzéceux qu’i’z’ont pas capté que le mois d’août c’était à la maison entre Netflix et YouPorn et pas ailleurs, ici à f yr on leur souhaite bonne chance, bonnes vacances et bonne 2ème vague .

secrétariats secrets et ministères mystérieux

Salut les 40% de gros couillons. Les braves vieilles choses à demi mortes d’ennui au point de se traîner la semaine dernière, masque sur la tronche et gel hydro alcoolique dans le slip au cas où on en manquerait malgré les promesses, au bureau de vote le plus proche. Je vote donc je suis indécrottable. Je vote donc j’étouffe ma voix sénile, chétive et balbutiante dans le concert d’âneries assourdissant. Je vote parce que j’ai compris que dalle aux leçons de bon sens réitérées scrutin après scrutins depuis l’invention de l’arnaque électoranale.

Sinon, la semaine dernière, vous avez pu calculer la dégaine de celui qui, grâce à votre amnésie congénitale, va se faire un devoir pseudo démocratique de remplacer celui qui avait remplacé celui qui ressemblait à celui d’avant comme deux gouttes d’embrouille.

Donc vous êtes contents  d’avoir accompli votre devoir de lapin crétin. Bien. Alors, à fyr on vous souhaite de belles vacances à vous, vous les avez bien méritées à vous et on vous donne rendez-vous à vous le jour ou vous repointerez votre museau à vous pour chouiner que franchement y a plus de saisons à vous ni moyen de faire confiance à personne à vous.

Le jour où vous ne serez plus que 30% à vous puis 20% à vous, etc à vous, jusqu’à extinction totale de l’espèce des fétichistes de l’urne comme de l’autre à vous. Mais chut ! Le clone du clone du dernier clown de vos rêves à vous va vous lâcher l’état civil des heureux nominés à eux aux secrétariats et sous-secrétariats secrets à vous des ministères mystérieux qui  auront en charge de vous la mettre à vous bien au fond du fond de vous aux siècles des siècles à vous, amis Juchrémans à nous.