on change pas une équipe qui perd

 

Le truc c’est que je suis pas éternel. (À quelques années près, on va dire. Vous en saurez plus d’ici 1 an ou 2 mais chut !) Je serai pas toujours là pour vous aider à avancer dans la chaîne élémentaire, mes chers Watsons. Si j’en crois les retours de Librinova, ça se bouscule pas pour télécharger Hippocampe Twist. Vous avez donc décidé de mourir aussi nazes que vous êtes nés. On change pas une équipe qui perd, c’est ça ? Vous êtes des potes à Deschamps ? Tant que vous attachez pas le hamster du gamin au rosier grimpant de la voisine avant de partir comme des voleurs honorer la location du mobil-home au Camping des Algue Vertes, comment vous en tenir rigueur ?

Continuez comme ça, c’est bien. Quelque part, je comprends. Courir devant les feux de forêt, les inondations, les attentats terroros ou la 4ème vague ça entretient la forme. Vous allez encore faire un malheur cet été sur la plage.

PS- Sinon, sur le chapitre de la confiture aux cochons, le 4ème Bongarçon devrait plus tarder.  Bisous.

c’était pleine lune hier soir

Hier soir c’était pleine lune. Conjugué à la poussée d’analectoralite aigüe qui ces temps-ci enflamme (dans ses rêves) ses territoires perdus, la Raie Publique Phronçaise défendait chèrement sa première place du groupe F face à « la bande à Ronaldo ».

À quelques minutes de la fin des hostilités, alors que sur l’écran de ma TNT un barbu en shortar se roulait une dernière fois dans les glaires de ses collègues dubitatifs, mon chat qui venait pourtant de copieusement garnir sa litière demanda à sortir. Malgré l’heure tardive, son instinct guerrier exigeait la conduite immédiate d’une ratonnade en bonne et due forme. Demain matin sur le pas de la porte le cadavre raidi d’un innocent rongeur me souhaiterait une excellente journée à moi.

C’était pleine lune hier soir. J’ai pensé devoir vous en parler.

La Shoah des Animaux

La Shoah c’est tous les jours.

Tous les jours la Shoah des Animaux.

Le camion arrive. On pousse les vaches à l’intérieur du camion. Les veaux.

Le camion arrive. On pousse les cochons à l’intérieur du camion.

Veaux, vaches, cochons,

couvées à demi déplumées, écorchées par leurs cages.

Veaux, vaches, cochons, couvées qui s’entassent,

se piétinent, s’encornent,

se chient dessus. De trouille le plus souvent.

Sur l’autoroute on les double, les camions.

Les camions et leur cargaison de martyrs de la bouffe en train de se piétiner,

s’encorner. Se chier dessus. De trouille le plus souvent. On détourne le regard.

Plus ils approchent du camp d’extermination, plus l’angoisse des martyrs de la bouffe est palpable,

plus intense leur souffrance.

Plus présente à leurs narines est l’odeur de leur mort. On détourne le regard.

La Shoah c’est tous les jours.

Tous les jours la Shoah des Animaux.

y avait longtemps

 

Y avait longtemps que j’avais pas écrit des trucs comme :

  • Manger de la viande c’est manger son père et sa mère
  • Israël est un tueur en série
  • Toute religion est une catastrophe humanitaire
  • L’argent  s’achète pas
  • Y a pas d’âge pour être un danger public
  • Remplacer « bon » par « beau » et ajouter « à vous » ne constitue en rien une avancée culturelle

Voilà qui est fait.

Bon apéro !

 

L’envie d’écrire

 

Me concernant, l’envie d’écrire des bouquins est pas un quart de seconde à rapporter à l’envie d’être lu. Si la première me fait asseoir tous les matins à la machine à mots, la seconde se contente de m’effleurer les matins où l’envie d’écrire se fait tirer la plume.

Tout comme, dans une autre vie, mon envie d’écrire des chansons (doublée de celle de les chanter) devenue peu à peu réelle (lire Hippocampe Twist) supposait en rien l’envie d’être écouté. L’envie d’être écouté (d’être rassuré) se faisait sentir uniquement quand j’arrivais pas à composer de nouveaux machins  (chanter de nouveaux trucs)*.

Je simplifie : avec mézigue le besoin d’un public pointe son museau péteux pile quand je flippe de  plus rien avoir à lui dire, à ce cher public.  Allez bâtir une carrière là-dessus !

Sinon, pour ceux qui en ont quelque chose à carrer, le 4ème Bongarçon devrait être téléchargeable d’ici une poignée de semaines.

* dans l’autre vie que je vous cause, j’avais aussi surtout besoin de la THUNE du public. Heureusement, grâce aux leçons de morale artistique de mes proxos j’avais rapidement tilté que le vrai artiste n’a pas de loyer à payer et qu’il trouvera toujours un pote pour le nourrir. Qu’un pur artiste se doit de rester pauvre. Mais ça c’est une autre histoire. Une suite à Hippocampe Twist ? Va savoir.