La mouche, le potage et les cellulo proxos

 

Le 11 août dernier, à 14h 44 Hephaestus « Heffi » Grecker reçoit un mail de Librinova le félicitant de la publication chez eux d’Une mouche dans le potage. En vrai, ces félicitations s’adressent aux petits veinards qui en 1 clic, contre la somme dérisoire de 3,49 €, vont pouvoir s’éclater à lire un polar top moumoute.

Du genre de ceux dont la proxénédition francophone oublie systématiquement de révéler l’existence.

Why ?

Because ses « comités de lecture » à la proxénédition francophone ont pas été, par exemple, « suffisamment enthousiasmés » (sic) lors de leur lecture comitatoire. Traduire : c’est pas avec ça qu’on va se faire du pognon, fils. Le reporter de fyr en immersion secrète dans les eaux troubles de la suce dite proxénédition francophone est parvenu à sortir une copie du document ultra confidentiel listant les critères pour se faire du pognon imposés au lecteur comitatoire moyen. On vous le soumet si ça vous branche :

« Par la volonté de Notre Bien Aimé Pédégé de Sa Mère, Ses comiteux de la lecture de leurs mères à eux sont instamment priés de veiller à ce que l’ouvrage soumis à leur filtrage expert en vue de se faire du pognon comporte en ses 60 000 caractères (ni trop plus ni trop moins) :

– Son comptant de flip (on dit « noirceur ») sanguinolent (on dit « glaçant »)

– Sa juste part de train qui entre dans le tunnel (on dit « sensualité torride »)

– Une histoire (on dit « pitch ») suffisamment embrouillée (on dit « haletante ») pour que quand on arrive à la fin on sait plus exactement c’est d’où qu’on a parti. »

Eh ben non, les proxos. C’est pas ça un polar suffisamment enthousiasmant. Même si Mernard Binier, Chaxime Crapman et tous les ex keufs recyclés dans la tambouille crapulo srileuse persistent à filer droit dans votre mur de la honte et prendre le lecteur pour une vache à lettres de leur moulin à conneries, c’est pas ça, non non non.

C’est pas ça et t’as bien fait, Hephaestus, de pas attendre que ces faux derches te souhaitent « bonne chance auprès de leurs confrères » (re sic). Peu importe qui la lira ni quand, ta Mouche dans le potage. À fyr, on te garantit qu’elle vole très haut, cette petite bête-là. Des firmaments au-dessus des gros bourdons racoleurs qui déroulent leur PQ à la devanture des libraires cellulo sponsorés. Et à fyr on se trompe rarement.

Téléchargez Une mouche dans le potage par Heffi Grecker

Et éclatez-vous, c’est nous qu’on vous le dit !

Au nom de la Loi

La loi sur la protection des animaux tant attendue et si longtemps espérée est enfin passée.

Résultat sur le front de la Shoah des Animaux : on garde les cirques-tortures, les delphinariums, les animaleries, la chasse, les boucheries-charcuteries, l’agneau pascal et l’Aïd al-Adha. Sinon, au chapitre « wtf mention portenawak », le Sénat insiste sur la nécessité de (au hasard des absurdités surréalistes tombées sous mes yeux incrédules) :

  • fournir un justificatif de domicile validé pour les carnivores domestiques, afin que le détenteur enregistré dans le fichier national ne puisse être contesté (ça craint un « détenteur contesté », grammaticalement je veux dire) (amt 84 rect. bis – art. add. après art. 1er) ;
  • inclure dans les contrats de prestation des fourrières une information relative aux sanctions encourues en cas de maltraitance animale (une fourrière prévenue en vaut deux) (amts 10 et 62 – art. 3) ;
  • préciser le contenu de la sensibilisation à l’éthique animale au sein de l’enseignement moral et civique (en toute simplicité) (amt 209 – art.7 ter) ;
  • protéger les mineurs de la vue de contenus zoopornographiques ( T’as entendu Jeannot ? Fini les bottes en caoutchouc et autres figures libres avec la Blanchette ! Au moins quand y a des gosses dans la grange !)(amt 120 rect. ter – art. add. après art. 11) ;
  • interdire la présentation des animaux en discothèque, qu’ils soient d’espèce domestique ou non domestique  (sont nuls à les battles de hip hop d’abord) (amt 74 – art. 13) ;

Ça vous en bouche un coin, des mesures aussi drastiques pour mettre fin aux maltraitances animales, hein les votants ? Mais c’est pas tout ! Afin que les choses soient bien claires – de dieu ! ils vont voir ce qu’ils vont voir, les maltraitants animaliers, foie de Gérard !- la (grosse?) Commission apporte au texte historique surpuissant qui fera date auprès de nos 30 millions d’amis, les amendements de la plus haute portée visant à (au hasard toujours) :

  • recentrer la compétence nouvelle octroyée aux policiers municipaux et aux gardes champêtres sur le contrôle des chiens et chats non identifiés (t’es qui toi ? Chef, y a l’ clebs, i’ sait même pas son nom !) (COM-159 de la rapporteure – art. 2) ;
  • restaurer le délai de garde en fourrière à une durée de huit jours ouvrés, après lequel un animal placé en fourrière devient propriété de celle-ci (aïe aïe aïe !) (COM-21 rect. bis et COM-165 de la rapporteure – art. 3) ;
  • autoriser le juge à prononcer des peines temporaires d’interdiction de détention d’animal (temporaires on a dit) (COM-207 – art.10) ;
  • modifier le nom du texte : proposition de loi visant à renforcer les liens entre humains et animaux (COM-188 de la rapporteure – intitulé de la proposition de loi). (« renforcer les liens » ? t’entends Jeannot ? t’as pas jeté tes bottes j’espère !)

Vive la raie publique, vive la Phronce et l’andouillette grillée !

À la pêche aux foules ♫

Si, dans ma vie de « non-inscrit », j’ai toujours pris grand soin d’ignorer le cirque électoranal qui revient périodiquement et pour des motifs aussi divers que futiles, planter son barnum pathétique dans les faubourgs et sur les places de village, le programme de la représentation à venir tel que journaux, blogs, radios, télés commencent à nous l’injecter à doses augmentant au fil des jours, aussi gratuites et obligatoires que celles des récents philtres anti-conardos made in big pharma, ne peut que me renforcer dans cette indifférence coupable.

Comme si les habituelles tronches de vend(eurs)(euses) de cravate à la sauvette suffisaient plus à nous faire fuir en courant, voici qu’à l’horizon de nos campagnes, s’en profile une nouvelle. Et celle-là les poteaux, on peut difficilement faire mieux dans le genre !

À en croire le mec, il est pêcheur. « J’ai pêché, je le confesse » qu’il déclare de but en blanc dans ses « mémoires de guère plus mais pas moins » sorties la semaine dernière et déjà en passe de détrôner l’inoubliable « Merci pour ce moment » de mamie Trierweiler, une autre sacrée pêcheuse au gros (!) devant l’Éternel.

Donc le gars il a pêché. Vu l’épaisseur de son compte en banque, ça a dû mordre pas mal depuis ses deux retours bredouille du concours de l’ENA. Persévérant, il est allé tremper sa ligne dans les eaux saumâtres du commérage raciste (« la plupart des trafiquants sont noirs et arabes » etc… etc…) pour lequel monsieur le juge a fini par lui tirer les oreilles. Pas grave, en parallèle notre pêcheur miracle jetait depuis longtemps son bouchon dans les placements boursiers. Et l’immobilier. Et les restos (« Chez l’gros Éric » !*). Et les salons de coiffure (Nice, Menton…). Sans oublier la mode adolescente (« Zemmour séduction »* !) et le sent-bon de luxe (« L’eau d’Éric »*). De petits ruisseaux en grandes rivières, cet humble fils d’ambulancier qui joue de la mouche et de l’hameçon comme personne patrimoiniserait actuellement autour des 280 millions de dollars.

Alors me direz-vous, maintenant qu’il a de quoi se payer un chalutier, voire la flotte entière, pourquoi Rico l’Asticot plierait-il les gaules ? Pourquoi se priverait-il de naviguer sous la brise marine ? Celle qui souffle dans le sens des profiteurs de la crédulité citoyenne. Pourquoi n’irait-il pas jeter ses filets dans la vase malodorante de la ponéolithique ?

Eh ben bonne pêche et bonne atmosphère, fripouille analphabète ! À fyr on s’en branle de tes embrouilles électoranales, pas toujours pires que celles de tes concurrents. Sur fyr on l’a dit et on le répète, la seule cause valide à 100% est celle des animaux. La cause des VRAIS pigeons, des VRAIS moutons, des VRAIS veaux. Pas celle de pâles imitations qui, au premier coup de sifflet, courent sur leurs deux pattes flageolantes glisser leurs pseudo volontés dans les urnes dérisoires de leurs regrets à venir.

*véridique

Kikadi® (media quiz de sa mère l’info)

Sous prétexte que c’est la pure vérité, chacun s’empresse d’aller comploter que le journalisme est l’école de l’illettrisme, de la désinformation servile, de la propagande tous azimuts, de la transmission béate – écrite, parlée ou visuelle – de la connerie érigée en dogme. À la décharge de nos tintinmilous reconnaissons toutefois que, considéré les tombereaux d’âneries dont les rédactions sont abreuvées au quotidien, trouver un « sujet » digne d’intérêt est devenu mission impossible.

À l’occasion de cette rentrée 2021 déjà riche en débilités profondes, fyr s’est souvenu de 33 affirmations lourdes de non-sens prononcées en leur temps par 3 experts et relayées aussi sec par les media (sans « s » car pluriel de « medium ») en manque de scoop. Sauras-tu rendre à 3 de nos plus grands penseurs phroncés, avec toute la reconnaissance de la patrie qui leur est due, le fruit de leurs cogitations implacables ?

 

3 secondes par citation (certifiée exacte), 99 secondes en tout… Top chrono !!!

1/ La discrimination c’est la vie

2/ Moi personnellement, je me critique moi tout seul.

3/ La France est en deuil d’un roi.

4/ Je ne suis pas là pour défendre les jobs existants.

5/ Maintenant faudra faire avec sans Zizou.

6/ Moi je considère que l’Italie du nord aurait dû être française.

7/ Il y a peu de femmes qui discutent intelligemment du football.

8/ Le chômage de masse en France c’est parce que les travailleurs sont trop protégés.

9/ 35 h pour un jeune, ce n’est pas assez.

10/ On est des joueurs qu’on va vite avec le ballon.

11/ Chaque année, je vieillis d’un an.

12/ Les britanniques ont la chance d’avoir eu Margaret Thatcher.

13/ Le Touquet c’est toujours une ville que j’aime bien venir.

14/ La France devrait bombarder Molenbeek.

15/ Il y a une malédiction féminine qui est l’envers d’une bénédiction.

16/ Je compte sur vous pour engager plus d’apprentis. C’est désormais gratuit quand ils sont mineurs.

17/ Je demande pardon à toute notre pays surtout à tous les Français.

18/ Je pense que l’autonomie totale en matière sexuelle est un mythe et le consentement mutuel est un mythe.

19/ Je n’aime pas ce terme de modèle social.

20/ C’est beau ce stade Vélodrome qui est toujours plein, à domicile comme à l’extérieur.

21/ La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça c’est un fait.

22/ J’ai couru jusqu’à quand ce que je pouvais.

23/ Les salariés français sont trop payés.

24/ Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires.

25/ Donner un prénom qui n’est pas français à son enfant c’est se détacher de la France.

26/ Demain est un autre jour, faut avancer de l’avant.

27/ Nous vivons la diabolisation de la sexualité masculine et de la virilité.

28/ Bien souvent, la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié, il ne faut pas l’oublier.

29/ Inconsciemment, il faut pas s’endormir.

30/ L’antiracisme est le continuateur du communisme sur le plan des méthodes.

31/ Le rap est une sous-culture d’analphabètes.

32/ Vu la situation économique, ne plus payer les heures supplémentaires c’est une nécessité.

33/ Au niveau des sensations, je n’ai rien ressenti.

 

I know ce kikadi® est d’une facilité déconcertante mais à tout hasard je vous glisse quand même les soluces :

 

Mickey à Marseille

En vérité ze vous le dis, ze vais faire un grooos zeffort pour la Phronce qui a mal au cul. Ze vais débloquer (au point où z’en suis, hein Brizitte ?) 1,5 milliard de zeuros en suppositoires contre la méçanceté des méçants qui veulent que c’est l’apocalypse à Marseille. Z’en ai causé avec McFly et Carlito qu’ils sont vacement des vrais économisses essperts en suppositoires, hein Brizitte ?  Ils sont super d’accord que la deuzième ville de la Phronce il faut qu’ elle rattrape son retard ze sais plus en quoi tellement elle est en retard… Caisse que tu dis Brizitte ? Ah oui – suis-ze étourdi – l’ insécurité dans les quartiers, la vétusté des écoles, les inégalités d’accès aux soins, les lozements insalubres, les transports en commun qui puent des pieds, toussa… Alors on dit 1,5 milliard et vous votez pour moi l’année proçaine ? Vouz êtes mignons. Sont mignons hein Brizitte ? Comment ? À condition qu’ils se font tous bien transpercer l’épaule gausse par 2 fois, 3 pour les veinards, à 15 zours d’intervalle sinon ça compte pas. Hein ça compte pas Brizitte ? Brizitte ? Mais caisse que tu y fais à Zean-Missel ? T’as plus besoin de turlutter ton ministre de tutelle ! T’es à la retraite depuis 20 ans, Brizitte! Et pis en plus, ze te signale que c’est moi son boss à Zean-Mi ! Comment ça, ze ferais mieux d’être le boss à Bernard ? Quel Bernard Brizitte ? Ah oui, l’actionnaire mazoritaire PDG du groupe de luxe LVMH ? Dont la fortune personnelle avoizine les 178 milliards USD ? Ze pourrais lui demander de m’aider à faire de Marseille la capitale de la Méditerranée méditerranéenne ? C’est pas con ça Brizitte ! Il me lâsse 1 % de sa thune et ze double mon budzet « Marseille en grand » ! Z’appellerais ça « Marseille en zéant ». Et les poules elles z’auraient des dents et la marmotte elle mettrait le çocolat dans le… Brizitte, attends-moi ! Tu marces crop vite ! Au fait t’as pensé à me reprendre du Nutella? Z’ai dézà fini ma provizion. C’est long 3 zours ! Vivement qu’on est rentré à la maizon, hein Brizitte ?