Archives mensuelles : avril 2010

Liberté

Par pitié pour vous, soyez vous!
Niquez vos pères absents, vos mères tristes!
Evitez de pondre! (à moins de savoir
Expliquer à vos oeufs
La nécessité de l’omelette)

Soyez vous dans vos sentiments
Jusqu’à étudier la branlette
Qui fait son boulot humblement…
Sans emmêler vos aigritudes
Soyez le modeste prélude
Au présent! Le présent
Auto-offert à l’ignorance
Des lendemains qui s’interpellent…

Soyez pas si cons s’il vous plaît!
Etonnez-vous: soyez fair-play!
Soyez patients! Pensez vos plaies
Avant d’en accuser les autres!
Enculez Dieu et ses apôtres!
Soyez maudits comme il se doit!
Déburquez vous le chabada!
Et détériorez vos torahs
De merde et tous ces évangiles
Qui vous étranglent, ne votez plus
Pour vos souffrances!

Quittez la préhistoire!
Par pitié pour la Liberté
Changez d’âge!

Soyez Humains!

le temps des uns et l’argent des autres

L’enfumage actuel du « ciel aérien » (sic) présente au moins 2 avantages:
1/ on peut se faire une meilleure idée des circonstances de la disparition des dinosaures.
2/ on constate avec soulagement que le fait que nos hommes d’affaires louches ne puissent pas sauter d’un continent à l’autre pour semer leur merde et que de « pauvres » vacanciers se fassent arnaquer par leurs « tour (de con) opérators » ne change pas grand chose à notre quotidien, sauf à lui offrir un répit appréciable côté nuisances en tous genres occasionnées par les gros navions dégueulasses et assourdissants.

Cela posé (haha) le nuage islandais qui obscurcit également le ciel hertzien ou numérique de nos médias chéris présente le risque de brouiller l’écoute d’une nouvelle pourtant bien sympathique: LE PRIX DE LA CONSULTATION D’UN MEDECIN GENERALISTE PASSE DE 22 A 23 EUROS. Sachant que la dite « consultation » dure environ 10 minutes en moyenne + 5 minutes pour s’en laver poncepilatement les mains et ramasser la thune, ça nous fait grosso merdo 4 X 23 = 92 euros de l’heure (environ 10 fois le salaire du connard français moyen) dans la fouille de ces branleurs de toubibs référents de mon cul dont le diagnostic le plus courant est d’envoyer leur patient (ô combien!) se faire voir par leurs collègues spécialistes et alors là, Pétula, fini les petits joueurs …et les braves patients (encore plus que tout à l’heure) qui payent en nature peuvent affréter une camionnette entière de poulets et de légumes du jour (5 sortes de préférence) pour dédommager l’homme de lard.

C’est là que j’entends la petite voix habituelle: « hé Franck, c’est bien beau de critiquer mais TU PROPOSES QUOI pour améliorer la situation? »
Ce à quoi je réponds qu’au départ je suis rien qu’un bidouilleur de trucs sonores appelés aussi chansons et, plus récemment, visuels (allez donc mater mes kinos, i’ sont pas tous nazes…) et que, en plus, nul n’est tenu de proposer des solutions aux problèmes qu’il soulève – chacun son taf – et qu’enfin tout le monde sait qu’un nartisse (ou assimilé en ce qui me concerne vu qu’il y a belle burette que je veux plus commercialiser mes délires que ça a bien failli les tuer…) il a vite fait de se barrer dans l’ UTOPIE* ma pauv’ dame!
Pourtant, même s’il m’en coûte de m’aventurer sur le registre sérieux de la vie de mes semblables, pour cette fois mais faut pas que ça devienne une habitude, je veux bien essayer, pour ceux que ça intéresse, de suggérer une piste à même de nous sortir de ce guêpier…

Et pour commencer, puisqu’on va causer technique du « vivre ensemble » (expression foireuse mais j’ai rien d’autre sous la main) on zappe direct le débat philosophique sur l’existence d’un Dieu ou d’un Maître quel qu’il soit, d’accord les nanars de mon coeur? D’autant que, d’une manière générale et tout romantisme mis à part, je pense pas qu’il soit judicieux de se définir par une simple opposition à un concept. L’AOC « AN-archiste » me gêne presqu’autant que celle d' »A-thée » dans la mesure où, paradoxe allemand, elle entérine l’existence possible de ce qu’elle nie. Vous me suivez? Non? Pas grave…
Bref on zappe et, ayant choisi de m’appuyer sur la définition du parfait « républicain » de ce bon vieux Ferdinand Buisson** qui n’a rien à envier sur le plan émancipateur de la personne humaine à un JP Proudon que je connais comme ma poche kangourou si y en a qui veulent en causer, je place le débat dans le cadre de la « république » (concept sociétal parfaitement neutre puisque signifiant en latin « ce qui a trait à la chose publique ») et, plus précisément, celle de 1789 avec sa fameuse trilogie « LIBERTE / EGALITE / FRATERNITE » pas si conne et plutôt positive mais qu’il me semble urgent, si on veut avancer, de dépoussiérer, voire de débarrasser du flou artistique qui, avec les siècles, a fini par lui ôter presque toute sa crédibilité, ce dont profitent certains malfaisants qui doutent de rien.

Pourtant, dans le domaine de l' »égalité » entre les citoyens appliquée au travail, on avance. Pas vite mais on avance. Gràce aux meufs, toujours à la ramener comme quoi elles seraient pas moins des zêtres zumains que leurs couilleux de congénères et on se demande où elles vont chercher des certitudes pareilles, on en est aujourd’hui à envisager – envisager seulement certes et c’est pas gagné – d’appliquer le principe, voici peu de temps encore complètement utopique: « à travail égal, salaire égal! ».
…Alors, à utopieur utopieur et demi, je me demande si on pourrait pas surenvisager pour tout le monde, couilleux ou fendues, un principe du genre: « A TEMPS DE TRAVAIL EGAL, salaire égal ».

Passque, n’en déplaise aux tristes enculés de leur mère qui veulent nous faire accroire qu’un « emploi » (on cause même plus de « métier » z’avez remarqué?) est un cadeau tombé du « ciel aérien »(aaaaaargh) (faisez pas gaffe, c’est nerveux… encore merci BFM TV!) et que les ceusses qui le reçoivent sur la tetê doivent, au risque de le voir repris et donné au voisin, en accepter les conditions souvent aliénantes sinon avilissantes et fermer leur gueule, je dis, moi, après d’autres, que le travail est ni plus ni moins qu’un mal nécessaire pour faire tourner la boutique du bas-monde dans lequel l’égoïsme de géniteurs inconséquents nous a plongés.
Si, pour rattraper le coup et pouvoir ensuite aller rigoler un brin entre irresponsables notoires et profiter de la vie EN TOUTE LIBERTE, passque c’est là le but des opérations, on veut manger à notre faim, dormir au chaud et se soigner en cas de besoin …Eh ben faut faire pousser du blé, construire des maisons et former des médecins. Cela dit, à temps de travail égal, je vois pas pourquoi, puisque son horloge interne le rapproche de son sommeil éternel à la même vitesse que celle des autres, un agriculteur serait payé plus ou moins cher qu’un maçon ou qu’un toubib ou qu’un vendeur de cacahuètes. OK, les blaireaux?

Mais voici que déjà les petits malins de service m’objectent que oui mais à ce moment là pu personne i’ voudra sacrifier sa belle jeunesse à faire des études alors qu’avec ton plan à la con il lui suffit de feignasser à vider deux trois poubelles tous les matins à 5heures pour le même résultat…
Ce à quoi je réponds que, oui je sais c’est dégueulasse, dans mon plan à la con, les études étant assimilées à un travail, tout malheureux apprenti intello surexploité du neurone reçoit le même salaire que ce veinard d’éboueur qui, au lieu de souffrir mille morts à se creuser les méninges tout l’hiver au chaud dans une fac qui sent les pieds, a, dès ses 18 ans, la joie insensée de pouvoir profiter de l’air vivifiant des petits matins qui chantent et qu’à 30 ans ou plus, le misérable chirurgien au parler onctueux et aux ongles bien proprets ne peut, à la vue de ses grosses pognes desséchées par le ciment qui plaisent tant aux filles, qu’envier le bienheureux maçon qui, le privilégié de sa race maudite, a déjà passé 10 ans de sa vie à s’éclater sur son échafaudage branlant.
…Et en plus, pour le même prix, ce fumier d’empileur de parpaings a encore 30 ans de bonheur devant lui pour continuer à prendre son pied alors que le brave toubib doit, lui, COMMENCER à se mettre au boulot et que, quand on en a pas pris l’habitude étant jeune, c’est des coups à patauger dans la déprime la plus noire. Quelle arnaque, Jean-Marc!
Sûr qu’il va falloir drôlement se sacrifier pour pas tous choisir, à salaire égal, de bosser dans le bâtiment ou, encore mieux, dans l’ambiance top fun d’une chaîne de montage quand on aura pas réussi à se faire pistonner pour une place de caissière à Tcharfour et que, en comparaison de ce genre de sinécure, faire des études longues demandera une putain de dose de courage et d’abnégation!

J’ajouterai, pour finir passque tout ça c’est pris sur mon temps de PS2 durement gagné, que le cas des zétudiants supérieurs m’importe infiniment moins que celui des patrons du Cacarente, boursicoteurs et autres investisseurs de tout poil que Nano Boy et sa clique de bons-à-rien par définition (mais ceux d’en face sont pas plus clairs)s’obstinent à vouloir chouchouter et qui, ces tarlouzes congénitales, dans mon utopie, auront bien du mal à justifier d’un temps de travail quelconque susceptible de nourrir leur famille. Dire que ces crapules mondaines qui font de la thune jusque dans leur sommeil de sangsues tournent elles, non pas à 10 X le salaire moyen mais jusque 400 X celui-ci. OUI les blaireaux: 400!!!
Bah, vous me direz, quand on aime on compte pas…

*terme inventé en 1516 par Thomas More dans son livre (en latin) Utopia, provenant du grec : le préfixe ou (de sens privatif et noté à la latine, au moyen de la seule lettre u, prononcée comme ou) et topos (lieu) et signifiant donc « (qui n’est) en aucun lieu » ET NON PAS:IMPOSSIBLE.

**à l’intention des ceusses qu’auraient loupé l’épisode précédent: « Pour faire un Républicain, il faut prendre l’être humain, si petit et si humble qu’il soit et lui donner l’idée qu’IL FAUT PENSER PAR LUI-MÊME, QU’IL NE DOIT NI FOI NI OBEISSANCE A PERSONNE, QUE C’EST A LUI DE CHERCHER LA VERITE ET NON PAS A LA RECEVOIR TOUTE FAITE D’UN MAITRE, D’UN DIRECTEUR, D’UN CHEF, QUEL QU’IL SOIT, TEMPOREL OU SPIRITUEL

nouvelles démocrateuses

Bon c’est vrai, par les temps qui me courent ça me casse les noix d’écrire des mots, crates ou pas et encore plus de me farcir les leçons de morale démocratique des trous-du-cul qui, en retour et ça part d’un bon sentiment,se sentent obligés de me les administrer.

C’est vrai qu’en ce moment je préfère passer mes ouiquènes à glander sur la PS2 en regardant par la fenêtre le printemps pas arriver qu’on va encore passer direct à l’été qui viendra pas non plus alors autant se préparer pour un bel automne, Brandon.

C’est vrai aussi que sam empêche pas de rigoler quand j’entends causer de la « tragédie » que vivent nos amis démocrates poloniais,une « épouvantable » tragédie, ‘scuse, Barrack! (au fait, rassure-moi, l’autobus plein de civils afghans démocratiquement explosé hier par les Forces du Bien, c’était rien qu’une « erreur regrettable »? ah bon, je respire)…Des tragédies démocratiques comme ça, disais-je, y en a pas assez en France.. Pourtant les petits chefs d’Etat réacs et leur aréopage de ministres racistes et homophobes c’est pas ce qui manque dans le coin. Notez bien, je dis ça, je dis rien…

C’est comme les pauvres résidents secondaires (tout à fait secondaires en ce qui me concerne) qui chouinent leur mère passque cette salope de Xynthia, joli prénom pour une tempête, va les obliger à passer leurs prochaines vacances au camping des Flots Bleus à côté des petits veinards monorésidentiels qui, malgré la Krize auront non seulement, ces fumiers, réussi à payer leurs loyers démocratiques, on se demande bien comment mais, en plus, à économiser de quoi se démonter la tête au Ricard pendant leurs 3 semaines de congepayes sous l’auvent triganique de leurs rêves les plus démocratiquement fous, c’est vrai qu’i-z-ont bien du malheur! Les SDF et autres va-nus-pieds démocratiquement entassés dans des chambres d’hôtel minables à la plus grande joie des marchands de sommeil qui vampirisent les allocations logement ont pas tous ces problèmes.

Bon c’est pas le tout, les branleurs démocrates, tank on y est et vu que c’est tendance, faudrait peut-être aussi dire une ou deux horreurs sur nos amis les prête ta colique enculeurs de nouveaux-nés? D’accord mais j’aimerais pas que les zélés imams et leurs collègues rabbins poilus des noreilles en profitassent pour s’assurer le monopole des slips de notre belle jeunesse croyante. Ce qui me fascine mais, je sais, je radote, c’est qu’il y ait encore des ramollis du bulbe, de plus en plus (soi-disant mais, perso, ça fait belle burette que j’ai fini de croire à ce que racontent ces fils de putes de journalistes garants de notre bêle liberté d’expression démocratique) qui continuent à plonger leur marmaille dans quelque soupe religieuse que ce soit. Alors alleluia dans leur cul à tous et que le meilleur sphincter gagne.

Et puisqu’on est d’accord (ha ha!) si on finissait ce rapide tour d’horizon, plus bouché que les chiottes d’un gastro-entérologue à la fin d’une campagne électorale, sur cette bonne vieille retraite à 80 ans qu’on vous répète que c’est la SEULE solution démocratique pour que les générations futures puissent démocratiquement bosser jusqu’à 80 ans seulement à leur tour, ce qui permettrait à celles d’après de pas bosser après 80 ans? J’ai peut-être une solution encore plus démocratiquement simple: PAS de retraite du tout! On sait bien que c’est d’arrêter de taffer qui fait mourir les vrais démocrates.

Bon d’accord c’est pas le tout de se fendre la gueule et c’est bien dommage. On est des gens sérieux quoi merde! Parmi vous, j’en connais même qu’i-z-ont fait des « études supérieures ». Alors suivez-moi bien, les « supérieurs », quant aux autres, exceptionnellement, je leur prête ma PS2 en attendant: si cette bonne vieille « démocratie » (du grec -encore des pédés- dêmos*, « peuple » et kratos, « pouvoir ») pue grave des pieds dans la mesure où la schizophrénie sociale qu’elle induit est le meilleur terreau pour la première dictature à pointer son museau, les dictateurs étant toujours issus du « peuple », y a p’t’êt’ moyen de s’en tirer avec un autre système, à condition de faire gaffe quand même because y a pas mal de salopards qui se sont déjà amusés à le pourrir . Ca s’appelle la République ( du latin « res », « chose », et « publica », « publique »). Fernand Buisson, proche collaborateur de Jules Ferry déclarait en 1903, et ça nous rajeunit pas:
« Pour faire un Républicain, il faut prendre l’être humain, si petit et si humble qu’il soit ( !!! mais bon, on est en 1902…) et lui donner l’idée qu’IL FAUT PENSER PAR LUI-MÊME, QU’IL NE DOIT NI FOI NI OBEISSANCE A PERSONNE, QUE C’EST A LUI DE CHERCHER LA VERITE ET NON PAS A LA RECEVOIR TOUTE FAITE D’UN MAITRE, D’UN DIRECTEUR, D’UN CHEF, QUEL QU’IL SOIT, TEMPOREL OU SPIRITUEL.. »

Que les cons se le disent! Et toi l' »inférieur », rends-moi ma PS2, j’ai un match à finir!