Archives de catégorie : Ecce Homo

– société, politique et autres chats écrasés

Aux chiottes le monde d’après

 

Sur fyr on leur en veut pas aux Italiens de nous avoir refilé la grippe de la mort qui tue. Qu’est-ce que c’est que 30 000 macchabées, quand, chaque seconde, 35 animaux sont torturés à mort dans nos joyeux abattoirs gaullistes de droite et de gauche ?  Bref on leur en veut tellement pas aux Ripalous que Solfège Pirate sort une version italiano qui sent bon les spaghetti et la mozzarella.

Sinon vous pouvez recommencer à dormir sur vos deux noreilles, amis nécrophages.  Votre monde d’après est bien toujours aussi dégueu et suicidaire que celui d’avant. Tous les ingrédients d’un bon petit enfer juchréman quotidien sont prêts à recuire. Torture animale (voir plus haut), racisme, obsessions productivistes débouchant direct sur les choux de plus en plus gras d’une poignée d’enculés de moins en moins nombreux et la misère d’un bon paquet avec, au milieu, le ventre mou tremblotant de peur du lendemain de la plupart. Un ventre mou qui a retrouvé le chemin des bars et des restos à condition de respecter une saine « distanciation physique » masquée et hydro alcoolisée à souhait.  Un ventre mou qui, chômedu ou pas chômedu, recommence à péter de toutes ses entrailles malodorantes. En région parisienne, les émissions de gaz cancérigènes liées au trafic routier sont remontées à 90% de leur niveau pré covid.

Moralité, on était mieux confinés dans les chiottes à bouquiner « L’arrière-cour des miracles » (ou “L’arrière-cour des miracles“) sur nos liseuses (ou nos Kindle). La liseuse, le support littéraire du futur, n’en déplaise aux librairies antédiluviennes en faillite et leur clientèle d’accros à la cellulose, toujours bien décidés à nous faire crever de soif (il faut 14 litres de flotte pour fabriquer un bouquin papier) dans un désert sans arbres.

En parlant de crever de soif, ce serait pas l’heure de l’apéro, des fois ?

C’est qui qui blinde ?

 

Ça se passe aux siècles des siècles. Un canard, une vache, une chauve-souris et un pangolin tapent le carton en se remémorant leur vie sur la Planète Bleue.

– Bleue comme la cuisson de mon cul. Mes enfants en bas-âge, ils les aimaient mieux aussi pâlots que possible. En « blanquette » ou en « sauté » .

– Moi c’était mon foie qui les mettait en transes. Ils m’alpaguaient 3, 4 fois par jour pour me faire avaler des poignées de graines dégueulasses à travers un entonnoir contaminé au H5N1. L’idée c’était que je finisse par faire une cyrrhose. Meilleur au goût, qu’ils disaient.

– Veinard ! Toi au moins ils te nourissaient avant de te bouffer. Moi, pour être consommable, fallait que je me démerde tout seul. D’ailleurs c’est en dévorant des petits losers nocturnes bouffeurs d’insectes,  tellement mirauds qu’ils naviguaient aux ultra sons , que j’ai contracté un genre de méga chtouille qui, de fil en aiguille, a bien failli calmer jusqu’au dernier vieux blanc obèse de l’hémisphère nord.

– Tu sais ce qu’ils te disent les petits losers nocturnes ?

– Du calme, les amis ! C’est de l’histoire ancienne, tout ça. Full aux glandes thyroïdes de chasseur par les rognons de boucher-charcutier. Quelqu’un a mieux ?

– Moi ! Quinte flush à la cervelle inexistante de ministre de L’Agriculture et de l’Alimentation !

– Pas mieux. Pourtant j’y croyais avec mon carré de cannes de serin de Première Dame confinées à l’ancienne …

– Bah tu vas te refaire. C’est qui qui blinde?

Heffi Grecker, sa vie, son œuvre

– Yo Heffi, ça déconfine comme tu veux ?

– Tranquille. Conardo ou pas, je lâche mes 1000 signes par jour, un doigt de jardinage,  apéro à 19 heures. La routine, y a que ça.

– Dis-donc, j’ai lu quelque part que tu misais sur l’intelligence des lecteurs.  C’est pas un pari un peu risqué, gros ?

– Tout dépend du montant de la mise, gros. Et puis, écrire pour des buses, c’est pas un karma.  Je raconte mes salades à ma sauce et roule, ma poule. Et ma sauce, c’est pour les fines gueules, pas les shootés à la rillette du Mans addictive ou au foie gras de canard  glaçant. Même maison, cuisiné par mamie Facebook pendant que papy joue à Age of Empires 12 en gardant un œil attentif sur les petits enfants.

– J’avoue. Ta sauce  c’est pas la soupe maniaco dépressive  servie à la pelleteuse par la proxénédition de masse.

– Cette fois encore, je te laisse l’entière responsabilité de tes propos, gros. Je répète simplement (et poliment) que  vu de ma fenêtre, un polar – d’ailleurs  cette appellation est un peu  galvaudée, je propose de réhabiliter le « roman d’aventures policières», au prix qu’est le mot en ces temps abrégés on va dire « rolar » – a le droit de générer chez la personne qui le lit autre chose que le mal-être, l’angoisse, l’insomnie ou, chez les déviants sexuels, une forte démangeaison à l’entrecuisses.

– T’as des noms de keums qui voient pas les choses commaces ?

– Quelques uns mais compte pas sur moi pour balancer. Sont suffisamment dans la misère comme ça, les malheureux.

– Because le conardo, tu veux dire ? Sûr que les salons littéraires, pour cet été c’est plié.  Dédicaces putassières et gestes barrière, à part la rime…

– Cela dit, une bonne vieille pandémie, statistiquement, ça a toujours stimulé sa race. Sophocle, Boccace, London, Camus, Giono, Garcia Marquez, King… Même Hervé Bazin ou Le Clézio sont allés un jour ou l’autre chercher leur inspiration chez les pestiférés.  Alors  les poulains à trois pattes des proxos de la cellulose, t’imagines comment ils vont se précipiter. La rentrée va être chaude.

– Bernard, Franck, Maxime, toussa ?

– Je te répète que poucaver c’est pas dans mes gènes. Ah j’allais oublier…

–  Quoi ?

– Aujourd’hui c’est toi qui rinces.

 

Le dealer de cadavres et le croque-mort

*

– Bonjour, monsieur le détaillant en chair et organes d’animaux abattus depuis au moins 12 jours («période pendant laquelle la viande reste sur carcasse. Ce processus est le rassissement proprement dit »**).

– Bonjour, monsieur le croque-mort, qu’est-ce qui vous ferait plaisir comme charogne aujourd’hui ?

– Eh bien, si vous me garantissez que « le sucre contenu dans le muscle, le glycogène », a  été consommé en totalité par « les cellules qui continuent à vivre comme une crampe après un gros effort », je craquerai avec joie pour une tranche de cadavre de bovin en état de décomposition nécessaire et suffisante.

– Fibre longue ou courte ? Sachant que « la graisse intramusculaire –le persillé de la viande- qui va fondre à la cuisson, va magnifier ces saveurs qui seront plus rapidement perçues par vos papilles », monsieur le croque-mort.

– Slurp, vous me faites saliver. Merci pour tout, monsieur le détaillant en « pourriture contrôlée ». Et à la prochaine !

« Derrière les rochers une chienne inquiète

Nous regardait d’un œil fâché,

Épiant le moment de reprendre au squelette

Le morceau qu’elle avait lâché. »***

 

 

* Rembrandt « Le bœuf écorché »

** Les passages en italiques sont d’authentiques extraits de pubs de bouchers, picorés sur Google

*** Charles Baudelaire, « Une charogne »