Archives mensuelles : mai 2009

merde

Salut les tennismen!

Amnisty vient de pondre son habituel petrit rapport merdeux, cette fois sur les vagues misères des travailleurs immigrés un peu partout dans le monde. Et alors? Ces couillons pourraient aussi bien rester chez eux à crever de faim peinards, ou du sida si ça leur va mieux. Au moins ces planqués échapperaient à la grippe porcino-mexicaine mais surtout à la tragédie humanitarianosportive que constitue notre bon vieux Roland Garros annuel.
Ces veinards de pauvres niaquoués ne savent pas ce qu’est l’angoisse quasi métaphysique d’être boulés au premier tour d’un tournoi du Grand Chelem.

« Sur le cour central on criait mon nom
Je poussais des râles
En liftant ma balle »
J’ai oublié le nom de ce poète du siècle dernier qui avait si élégamment traduit la dimension mystico-héroïque du moindre smash ( prononcer « smaTch », c’est encore plus bête et con ! ) balancé in-extremis par le David du jour contre le Goliath de mon cul sur le point de lui faire sa fête. C’est bô!

Comment ça, on en a rien à branler de ces enshortés inconsistants que les média ( pas de « s » puisque pluriel de « médium » ) nous administrent ces jours-ci en douloureux suppositoires, JT après JT sur toutes les chiennes de l’info?
Comment ça, Jo Ouilfrite Gazon nous casse terriblement les couilles à se rouler par terre de joie soulagée d’avoir niqué son crétin d’adversaire qui avait pourtant cru l’avoir grâce à un ultime revers entre les jambes au risque d’y laisser ses graves?
Comment ça, pendant que ces deux pitres déconnent à qui mieux mieux devant tout le monde, le nain nous prépare une nouvelle loua sur la sécurité routière dans les écoles pour la rentrée alors que Ste Ségo roule une pelle baveuse à la grosse Martine sous les regards émoustillés de l’Europe en marche forcée vers de nouvelles arnaques libertines… heu… libérales?

Filer des grands coups de raquette dans une balle qui ne nous a rien fait est certainement très amusant, voire libérateur de pulsions destructrices mais de là à nous en faire oublier toutes les saloperies mondaines qui remplissent notre quotidien alors qu’on se casse lentement ( de moins en moins ) mais sûrement la gueule dans l’escalier d’un système socio-économique totalement dépassé, faudrait quand même pas déconner!

Que Bobomama, le nain, Mange-la Merguès, la Berlue, Nétamiaou ou, de l’autre côté du tapis de prière, les rois du pétrole et autres imams chefs de tas cherchent à maintenir la pression du portefeuille sur la joie de vivre, ça se comprend vu qu’eux et leurs potes en profitent à donfe. Mais nous autres, braves cons de tous les pays, est-ce qu’on va continuer encore longtemps à se satisfaire des amuse-gueules navrants qu’on nous balance pour tromper notre légitime appétit d’exister?

Je sais pas pour vous mais ma réponse est NON. Merde à l’Eurovision, merde à docteur House, merde au festival de Cannes, merde à Roland-Garros, merde au Tour de France, merde à la NBA, merde à la Champions Leag…heu, c’est à dire, Eto’o et Messi sont tellement sympas, tellement marrants et doués, tellem… Bon d’accord, merde aussi à la Champions League!

en rab

Quelques lignes en rab pour rassurer la France qui a peur. Notre police veille. Hier, deux dangereux gangsters âgés respectivement de 6 et 10 ans ont été courageusement interpelés à la sortie de l’école suite à un odieux vol de bicyclette. La veille, une épouvantable affaire de pots de fleurs sauvagement dérobés dans un cimetière avait enfin été tirée au clair et le dangereux criminel mis sous les verrous. Quentin Turlupino aurait aussitôt préempté les droits concernant ces deux monstrueux faits divers en vue de son prochain (trop) long métrage qui devrait être prêt pour le prochain festival.

tous azimuts

La connerie n’a pas de saison attitrée mais il faut reconnaître qu’en ce moment elle resplendit tous azimuts.
S’en venant rejoindre les stars quotidiennes du feuilleton politico-mystico-pognonno-chiatico quotidien, Brave Pute et sa bande de pingouins ont recommencé, comme tous les ans depuis qu’un branleur désoeuvré en vacances sur la Côte a décidé d’ériger son insomnie en festival et qu’une bonne équipe de crétins soit-disant journalistes ont flairé là l’occasion rêvée d’échapper deux secondes à la rubrique des chats écrasés de leurs canards merdeux, à monter et descendre et remonter et redescendre un pauvre tapis, rouge de honte d’avoir à se faire piétiner par cette interminable brochette de crâneurs autosatisfaits.
Déjà qu’ un chanteur hadopi c’est pas beau à voir se trémousser sans raison apparente en braillant des âneries in ingliche of my two – Patricia Cassetoi et les Tortillons-de-la-Mort ont pourtant fait un audimat pas possible au dernier concours de l’Eurodérision alors que Papy Djoni semble bien parti pour nous casser les couilles cette année encore avec l’approbation de la France entière, et la mienne de le voir se barrer une fois pour toutes, si seulement il pouvait embarquer son pote le nain avec lui – mais alors un Nacteur de Flims ça dépasse l’entendement!
Cela dit, attendez! C’est pas fini! D’ici pneu il va falloir se farcir les tennismen et leurs casquettes à l’envers de jeunes gens modernes. Ces gosses de riches enshortés accomplissent, tournoi après tournoi, le rare exploit de brailler comme des chanteurs hadopi tout en frimant pire qu’un André Dussoulier ou une Angeli Nage-au-lit (dont les producteurs de lait en colère ont toutes les raisons de se méfier).
A part ça aujourd’hui Jésus monte à l’échelle, on devrait avoir un beau week-end.

Tout a changé

Salut les récessionnés!

Pendant que Roselyne change de culotte ( « il était temps », nous déclare R. Karouchi ) retournons deux secondes aux USA où on vient de recenser 670 000 feignants supplémentaires en moins d’une semaine alors que six « assureurs » ( pour assurer, ils assurent ) ouvrent grand leurs besaces afin de recevoir une nouvelle aide financière de l’Etat et que, entre deux slows, Baraque-à-frites, qui voulait nous montrer des photos de plage sympas de ses boys en Afghanistan, ne veut plus. « Trop démoralisant pour ceux qui peuvent pas se payer de vacances au soleil cette année » qu’il a dit, le Sauveur du monde libre en baissant humblement son froc devant tout le monde, y compris Bush qui devait bien se fendre la gueule, là-bas dans son ranch. Mais puisqu’on vous dit que tout a changé, hein Robert?

Vous en voulez un autre exemple, que tout a changé? Facile! Aujourd’hui même, Dancing Obama reçoit B. Netanyahu à la Maison Blanche. Le dit Néta, c’est l’équivalent politique israelien de notre J.M Le Pen à nous, sauf que dans son pays il est premier ministre. Cool! D’ailleurs, hier, El Papa a taillé le bout de gras avec cézigues. Je retranscris:

El Papa – Salut, Neta! Et si on envisageait la création d’un état palestinien?
Neta – Non.
El Papa – Bon d’accord.

Je ne suis pas devin mais la conversation entre Bobomama et Netamiaou ( je sais, pas les noms de famille mais je peux pas résister ) devrait être totalement différente, ce matin:

Bobo – Hi Neta! And if we envisageait la création d’un état palestinien?
Neta – No.
Bobo – Well OK.

Mais la vraie bonne nouvelle de la journée c’est que David Gahan ayant chopé la grippe mexicaine, les Pèdes Moches annulent leur concert à Bucarest. Mais non, Sandrine, je déconne! Moi aussi je suis triste: il aurait pu attendre d’être arrivé en France! Ha-ha!

guérir moins pour gagner plus

Salut les hospitalisés!

« Le Monde » du 11/05 à propos du projet de loi sur la réforme des hôpitaux:

« Roselyne Bachelot a d’ores et déjà annoncé qu’elle multipliera les « gestes d’ouverture » pour le faire accepter. »

– Quand on est ministre , on n’hésite pas à payer de sa personne, hein ma grande?

« Mais le malaise des personnels de santé dépasse le projet de loi qui va être débattu. Les syndicats dénoncent les financements insuffisants du secteur, alors que la ministre de la santé préfère pointer des « problèmes d’organisation ». »

– Les syndicats sont des menteurs, c’est bien connu. Les hôpitaux publics croulent sous les subventions alors que Roselyne n’ a plus rien à se mettre. Une souscription a d’ailleurs été ouverte par ses voisins de banquette à l’assemblée pour lui payer une petite culotte neuve.

« Même désaccord sur ce que les syndicats perçoivent comme l’introduction de « mécanismes privés » dans le service public de la santé, comme le financement à l’activité visant à rémunérer davantage les hôpitaux « les mieux gérés ». »

– Bonne idée! Je vois pas pourquoi on attendrait que les malades soient morts pour faire de la thune avec, n’en déplaise aux pompes funèbres et aux curetons.

« Personne n’a dit que l’hôpital allait devenir une entreprise, a voulu rassurer Nicolas Sarkozy lundi. On en est loin, ce n’est dans l’idée de personne. »

– T’aurais mieux fait de pas la ramener, le nain ! Maintenant on sait que c’est un mensonge.

Message personnel : como va Couille-de-Loup? Tu t’en tapes, toi, tu bosseras dans une clinique privée, c’est plus sûr pour assurer ta piscine… 😀