Ramadan de sagesse (place aux jeûnes!)

Dans la foulée du jeûne des Pâques  juive et chrétienne, le 3ème petit cochon juchréman se met à son tour temporairement au régime.

C’est que le salut éternel à la droite du dieu des commerçants  («Le marchand sincère et de confiance sera, au jour du Jugement,  parmi les prophètes, les justes et les martyrs»*), ça se mérite !

Pareil  qu’un bon kashrout à la table du dieu du prêt aux étrangers (« L’Éternel, ton Dieu, te bénira comme il te l’a dit, tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point ; tu domineras sur beaucoup de nations, et elles ne domineront point sur toi. »)**

Ou une hostie arrosée au vin de messe à la buvette du dieu des banquiers («  Il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. ***)

Tiens et si vous profitiez du « confinement » (Larousse :  « Situation d’une population animale trop nombreuse dans un espace trop restreint et qui, de ce fait, manque d’oxygène, de nourriture ou d’espace »)   pour relire ici même « Les Aventures de Moïse » ?

 

* Sunna

** Torah/ Deutéronome

*** Évangile de Matthieu

Radio salope

 

Un coucou en passant aux mangeurs de cadavres. Ce matin au réveil sur une radio périphérique, une grognasse disait que c’était chouette de faire plaisir aux enfants. Jusque là rien à redire. C’est sur la façon d’y parvenir que ça se gâte. Selon cette sous-merde incurable, vos chiards, pour leur donner le sourire, FAITES-LEUR DONC BOUFFER DU VEAU! Escalope à la crème ou rôti, comme la voulvoul mais par pitié aidez nos éleveurs confinés. Bon ben toi, t’es juste une salope qui, je le répète, peut crever quand elle veut de la grippe aviaire, de la vache folle ou du conardo. C’est tout, merci, je te rends l’antenne avec un peu de vomi dessus.

Shoah pascale

 

Je sais c’est pas gentil mais j’espère que tous les bipèdes à poil ras qui auront, de près ou de loin, trempé dans la shoah des 600 000 agneaux de Pâques de cette année, crèveront la gueule ouverte. Du conardo ou de n’importe quoi de douloureux de préférence. Les braves croyant(e)s qui auront planté leurs fourchettes dans la chair tendre de mes frères et sœurs, les vrai(e)s, pareil.

Solidarité avec les chauves-souris et les pangolins.

 

 

Heffi Grecker, l’interview

– Heffi, on raconte que, dans une autre vie, un proxénéditeur musical vous avait diagnostiqué « loser » ?

– C’est en partie inexact. Dans sa missive incendiaire, piètre anglophone,  le malheureux avait écrit «LOOSER». Ce qui aurait alors signifié « celui qui détache, qui libère ». Il n’avait donc pas tout à fait tort. J’aime me voir en libérateur. Un genre de « roi des neiges ».

– « L’arrière-cour des miracles » est votre 3ème polar. Comme à l’occasion des 2 précédents, la critique est muette d’admiration.

– D’admiration, vous êtes sûre ?

– Comment pourrait-il en être autrement ? Ces 200 et quelques pages sont ce que le polar français a enfanté de meilleur depuis le siècle dernier.

– C’est gentil. Vous habitez chez vos parents ?

– Manquerait plus que ça. Maman est alcoolique et papa ne pense qu’à mettre sa main dans ma culotte. Ce parti pris de ne publier qu’au format numérique, pouvez-vous m’en dire plus ?

– « Il peut le dire ». Pierre Dac.

– ?

– Veuillez m’excuser, je soliloquais. C’est l’âge.

– Quel âge avez-vous ?

– L’âge de vous répondre sans risque de me tromper que le ebook – à condition d’avoir un vrai métier à côté- c’est la survie de l’écrivain. Un gage d’indépendance artistique. La certitude d’être publié. Quant à être lu… Le public, ses goûts, ses couleurs,  il y a longtemps qu’ils ont cessé de nuire à mon sommeil. Mon ami Hervé Prudon – vous devriez lire « Mardi gris » ou « Tarzan malade » aimait à dire qu’il écrivait pour la postérité. Au jour d’aujourd’hui, comme on dit quand on est con, je n’ai toujours pas la moindre idée de pour qui ou pourquoi j’écris. Par contre, je me souviens très bien avoir chanté pour les murs. Ce qui nous ramène au début de la conversation.

– Merci. Je vous laisse régler les consos.

si vous devez mourir prochainement

D’accord le conarovirus, révélateur de pratiques culinaires chinoises qui n’ont rien à envier à nos ortolans farcis, nos civets de lapin, nos foies gras de canard, d’oie, nos têtes de veau, nos escargots ou nos cuisses de grenouilles. Franchement, si on doit en crever, ce ne sera que justice.

D’accord les érections munislipales avec Edouard-le-Moulard qui veut se présenter mais pas être élu poil, au cul.

D’accord Bernard-le-Tapir qui pique sa juste colère mais suce la quéquette de Son Emperozité après celles de la Mite et du Nain Jaune qui sentent au moins aussi mauvais.

D’accord Donald-de-Jérusalem et son clone Boris, les deux travelos peroxydés qu’ils ont tout compris comment la Terre elle est plate comme leur imagination.

D’accord Vladimir Proutin, Erdogan-de-toilette et tous les dictatorts-et-à -travers que j’ai pas le temps de recenser ce soir.

D’accord, d’accord mais voilà, à franckyvonrichard.com on recherche des amateurs de polars avec au moins 1 neurone encore en état de fonctionner et une liseuse (Kobo, Kindle ou autre) à portée. Surtout pas de gros(ses) niqu(eurs)(euses) et encore moins de proxénédit(eurs)(euses), même à la retraite (surtout à la retraite, ces faux-derches). On les recherche dans leur propre intérêt en fait. Pour leur bien, comme qui dirait. Ce qui nous ramène au conarovirus, pour tout dire. Et voici le message :

Si vous devez mourir prochainement, que ça ne soit pas sans avoir lu « L’arrière-cour des miracles ».

Voilà, c’est tout, avec plaisir.

La Direction